Rapport de Guillaume Balas (Génération.s) sur la sécurité sociale européenne bloqué au Conseil de l’Union européenne : nous devons mettre en place un véritable lobby citoyen

[Communiqué de presse de Guillaume Balas, député européen, Génération.s, 29 mars 2019 — Bruxelles]

Alors qu’un accord provisoire avait été conclu entre le Parlement, la Présidence roumaine du Conseil et la Commission le 19 mars sur la révision des règlements de coordination des systèmes de sécurité sociale en Europe, plusieurs ministres européens ont aujourd’hui refusé d’avaliser cette décision. Ce texte se retrouve aujourd’hui bloqué et la décision des États membres met en péril la protection des 500 millions de citoyens européens, tant en matière de protection des droits pour les travailleurs locaux et détachés européens, de lutte contre l’optimisation sociale que de conservation des prestations sociales pour les Européens se déplaçant en Europe.

« Par cette décision lourde de conséquences sociales, les États membres ont fait primer l’égoïsme budgétaire et cassent des avancées majeures pour les droits sociaux et la protection sociale en Europe », expliquait le député Guillaume Balas a l’annonce de cette décision du Conseil.

« Mon rapport avait recueilli une majorité de députés européens en sa faveur ainsi que le soutien de représentants des partenaires sociaux, syndicats comme organisations patronales ainsi que ceux de la société civile. Il faut que les citoyens prennent le pouvoir au sein de l’Union européenne pour contrer les obstacles au progrès social posés par les ministres des États membres. Ceci doit passer par un Parlement européen souverain, un renforcement du rôle des partenaires sociaux, ainsi que la création d’une assemblée citoyenne ayant un rôle de vigie de l’activité législative européenne afin d’agir comme lobby citoyen. 

Enfin, ce blocage décidé par une minorité d’États membres le démontre : le processus décisionnel européen est archaïque et ne respecte pas les règles d’une délibération collective transparente et démocratique ; c’est pourquoi nous devons mettre fin au vote à la majorité qualifiée au Conseil sur un certains nombres de décisions, qui sous couvert de protection de souveraineté des États, met à mal des avancées majeures pour les citoyens-nes. »

Pour rappel, cette législation constitue une réelle opportunité pour faire avancer les droits des travailleurs européens et lutter contre la fraude et les abus dont ils sont les premières victimes. En décembre 2018, l’union des progressistes européens avait permis d’obtenir une majorité favorable au rapport sur la sécurité sociale européenne de Guillaume Balas et les avancées qu’il proposait.

« Lors des élections du 26 mai, les citoyens et citoyennes européens-nes devront faire le choix d’envoyer au Parlement des députés capables d’instaurer et de mener une véritable bataille pour défendre leurs droits. Le Parlement européen doit être le lieu d’une bataille pour la démocratie face à la Commission et au Conseil tant que les citoyens et citoyennes européens-nes n’ont pas voix au chapitre».

Aux côtés de l’ensemble des députés de la délégation Génération.s du Parlement européen, Guillaume Balas poursuivra son combat en faveur d’une Europe citoyenne, écologiste et sociale, porteuse d’égalité et de justice sociale.

Print Friendly, PDF & Email

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.