OGM : la commission doit respecter la démocratie et protéger les citoyens avant tout

Le Parlement européen a une nouvelle fois voté cette semaine à une grande majorité l’objection de la mise sur le marché de nouveaux organismes génétiquement modifiés. Le Parlement s’oppose ainsi à l’introduction non démocratique de nouvelles souches sur notre marché. Par ce vote, le Parlement européen demande fermement à la Commission européenne de cesser de nier le message envoyé par les citoyens européens.

Les enjeux dans la mise sur le marché européen de nouvelles souches OGM sont doubles, et touchent à la fois à la sécurité sanitaire et environnementale, mais également à notre démocratie. Comme pour les objections précédentes, je pense qu’il est inapproprié que la Commission, tout en reconnaissant les graves problèmes de légitimité démocratique du processus décisionnel, continue de proposer l’autorisation des OGM. Et pourtant, aucune nouvelle proposition de règles concernant l’importation et la mise sur le marché d’OGM ne semble être proposée par la Commission.

Je m’oppose donc à la mise sur le marché de 3 maïs génétiquement modifiés dont les propriétés allergènes n’ont pas été évaluées correctement ; et qui sont de plus résistants à des herbicides alors que nous connaissons aujourd’hui parfaitement l’impact de ces produits sur la dégradation des sols et l’environnement.

Ces produits desservent à la fois nos agriculteurs, notre biodiversité, et nos consommateurs. A terme, cela atteint la confiance qu’ont les européens envers nos institutions, chargées de les protéger. Je continuerai la bataille au Parlement européen pour que la santé des citoyens et la préservation de l’environnement priment sur les intérêts économiques des industriels.

Print Friendly, PDF & Email

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.