Glyphosate : une nouvelle étude de la littérature existante conclut qu’il existe un risque de cancer accru pour les populations exposées

Le 10 février dernier, plusieurs chercheuses ont publié une nouvelle étude analysant toutes les données disponibles sur le caractère cancérogène du glyphosate. C’est la sixième de ce type et la conclusion est toujours la même : il existe un risque accru de cancer pour les populations exposées aux produits à base de glyphosate.

En réaction, j’ai saisi la Commission en demandant à ce qu’elle applique le principe de précaution et suspende l’autorisation d’utiliser des produits à base de glyphosate dans l’Union. J’ai également demandé à la Commission si elle avait dores et déjà saisi le mécanisme de conseil scientifique pour réviser la littérature sur le glyphosate. C’était en effet une des demandes du Parlement européen dans son rapport d’évaluation sur le processus d’autorisation des pesticides qui ne peut être retardée.

Ci-dessous ma question écrite :

Le 10 février, une nouvelle étude[1] sur le caractère carcinogène du Glyphosate était publiée dans la revue Mutation Research. Cette publication démontre que le risque de développer un lymphome non-hodgkinien est accru de 41 % pour les travailleurs les plus exposés aux produits formulés à base de glyphosate. La publication regroupe notamment les données de toutes les études épidémiologiques existantes et prend en compte les conditions réelles d’utilisation et d’exposition. Il est frappant de lire que l’ensemble des méta-analyses effectuées à  ce jour, parviennent au même constat : « L’exposition aux formulations à  base de glyphosate, est associée à  un risque accru de lymphome non hodgkinien statistiquement significatif ».

1) Le rapport de la Commission spéciale du Parlement européen sur l’évaluation du processus d’autorisation des pesticides en Europe demandait à ce que le mécanisme de consultation scientifique révise la littérature disponible sur le caractère cancérogène du glyphosate. Compte tenu du risque pour la santé des populations, la Commission l’a-t-elle déjà  saisi afin d’agir au plus vite?

2) Au vu de cette étude, la Commission n’estime-t-elle pas urgent dans l’attente d’appliquer le principe de précaution et de suspendre l’autorisation d’utiliser des produits à  base de Glyphosate dans l’Union?



[1] « Exposure to Glyphosate-Based Herbicides and Risk for Non-Hodgkin Lymphoma: A Meta-Analysis and Supporting Evidence »; Luoping Zhanga, Iemaan Ranaa, Rachel M.Shafferb, Emanuela Taiolic, Lianne Sheppard. lsdlocked

Print Friendly, PDF & Email

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.