Remise en cause du rapport de Guillaume Balas sur la sécurité sociale européenne par la droite dure et les néolibéraux : nouveau vote prévu ce mardi 11 décembre

Il y a deux semaines, le rapport sur la sécurité sociale européenne du député européen Guillaume Balas (Génération.s), adopté lors d’un vote en commission EMPL, a été contesté par les néolibéraux et la droite dure du Parlement européen.
Ce dernier portait de nombreuses avancées pour les droits des travailleurs européens et lutter contre la fraude et les abus dont ils sont victimes.
Il préconisait notamment trois propositions :

• Le renforcement de la législation applicable aux travailleurs telles qu’une extension de la période d’affiliation au système de sécurité sociale, la mise en place d’une carte européenne de sécurité sociale ou encore la lutte contre les sociétés dites « boîtes aux lettres » en s’assurant que les travailleurs soient bien inscrits au système de sécurité sociale de l’État dans lequel ils exercent leur principale activité ;
• L’extension de 3 à 6 mois des droits d’exportation des prestations de chômage pour une personne en recherche d’emploi dans un autre État membre que son État membre d’origine ;
• L’amélioration des droits des travailleurs transfrontaliers en leur donnant le droit au libre choix d’affiliation au régime de sécurité sociale entre l’État membre de résidence ou d’activité.

Par la procédure de contestation portée par la droite dure, le mandat obtenu pour débuter les négociations avec la Commission et le Conseil, est remis en cause.
Un nouveau vote, cette fois-ci en plénière, se tiendra ce mardi 11 décembre.

Les cartes sont ainsi rebattues. La droite dure poursuit ses attaques contre les droits des travailleurs et la protection sociale des citoyens européens, prouvant une nouvelle fois sa vision anti-sociale et rétrograde d’une Europe des inégalités.
Face à eux, Guillaume Balas appelle les députés européens progressistes à s’unir pour obtenir une majorité favorable aux droits des travailleurs. Seule l’union pourra défaire cette coalition conservatrice résolue à détruire tout principe de cohésion sociale, toute exigence d’égalité.

« J’en appelle à l’ensemble des progressistes du Parlement européen, à l’ensemble des députés qui veulent aujourd’hui plus de droits sociaux pour les travailleurs, à s’unir et à défaire les fauteurs d’inégalités en Europe.
J’en appelle aussi à la société civile. J’ai déjà reçu le soutien de nombreuses ONGs, de syndicats, et notamment de la Confédération européenne des syndicats.
Pour les droits des travailleurs européens, pour l’Europe sociale et de l’égalité, cette bataille doit être menée et gagnée. »
 

Pour plus d’infos : 

• Le projet de rapport : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=REPORT&reference=A8-2018-0386&language=FR
• L’ordre du jour des votes de ce mardi 11 décembre : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=AGENDA&reference=20181211&secondRef=SIT&language=FR

Print Friendly, PDF & Email

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.