Enjeux autour de la légalisation du cannabis thérapeutique : face à la douleur des patients, dépasser les tabous

Ce mercredi 5 décembre, j’interviendrai lors d’un colloque sur les enjeux de la légalisation du cannabis thérapeutique organisé à l’Assemblée nationale par le député Jean-Baptiste Moreau et le sénateur Joël Labbé.

En tant que co-rapporteur de la résolution du Parlement européen relative au cannabis thérapeutique, je reviendrai sur les termes de cette résolution.

Alors que le débat s’installe en France, d’autres pays ont d’ores-et-déjà assoupli, voire adopté, une réglementation sur l’utilisation et la légalisation du cannabis médicinal. Dans le monde, 33 pays ont légalisé partiellement ou totalement le cannabis thérapeutique. En Europe, c’est le cas de l’Allemagne, du Portugal, de l’Italie, de l’Espagne, de la Belgique, du Royaume-Uni ou encore de la Finlande. En France, la ministre Agnès Buzyn a déclaré être ouverte au débat. Au cœur de celui-ci : les vertus du cannabis médicinal pour soulager la douleur des patients.

Malheureusement, de fortes disparités sont encore présentes dans l’usage et la distribution de ce cannabis thérapeutique. Le manque d’harmonisation est à l’origine de flous juridiques et de disparités d’accès à ce type de traitement dans l’Union. Les patients démunis sont en effet aujourd’hui amenés à se procurer des traitements pour soulager leurs douleurs dans d’autres pays que celui où ils résident. Il semble dès lors nécessaire qu’une stratégie européenne concernant les médicaments à base de cannabis soit adoptée. C’est l’un des points majeurs de la résolution portée au Parlement européen. Elle demande également que des financements soient octroyés pour la recherche scientifique sur le cannabis médicinal afin d’étayer la littérature existante. La résolution insiste également sur l’importance d’une formation appropriée du corps médical et la mise en place d’un accompagnement adéquat des patients.

Point manquant mais sur lequel je ne manquerai pas d’intervenir :la meilleure prise en compte dans la stratégie à venir des phytocannabinoïdes (extraits de plantes de cannabis médicinal par exemple), disponibles sur prescriptions médicales. Il s’agit aujourd’hui de mieux prendre en compte les différents types de traitements à base de cannabis médicinal dans l’intérêt des patients. Le cannabis médicinal peut permettre une approche plus personnalisée du traitement de la douleur. C’est un challenge mais aussi une grande opportunité pour notre système de santé.

Comme l’ont rappelé des élus, des médecins et des écrivains dans une tribune du Parisien parue en juillet 2018 adressée à Agnès Buzyn, « Sans pour autant s’opposer à la pharmacopée française usuelle qui repose sur différentes classes médicamenteuses dont les opiacées et ses dérivés tels que la morphine, le Tramadol, l’Efferalgan codéiné, l’Oxycontin, etc., utilisés pour le traitement de la douleur, il s’agit d’autoriser l’usage d’un produit alternatif, dont le mode d’action et le mode d’administration n’entraînent quasiment aucun effet secondaire. »

L’efficacité du produit dans la gestion de la douleur a été mise en lumière par divers études et rapports. Il s’agit aujourd’hui d’amorcer une véritable législation en la matière, au niveau français et européen.

La douleur des patients ne doit souffrir d’aucun tabou.

Pour découvrir le programme du colloque sur les enjeux de la légalisation du cannabis thérapeutique : 

Print Friendly, PDF & Email

1 Comments

  1. Belle prise de parole lors de cet événement qui a su réunir des énergies réformatrices (et pas forcément d’accord a priori).

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.