Pêche électrique : quand le Parlement dit non, c’est non !

Communiqué de presse d’Isabelle Thomas, Edouard Martin et Guillaume Balas du 14/06/2018

La Commission européenne est une mauvaise perdante. Quand on lui ferme la porte, elle tente de forcer la fenêtre.

Après s’être assise sur le vote du Parlement européen réclamant l’interdiction du glyphosate d’ici 2022, voici qu’elle tente de contourner une décision relative à la pêche électrique. Mais elle ne pourra pas refaire le coup, car la procédure est différente.

Alors qu’elle a été mise en échec le 16 janvier par le Parlement, qui a voté l’interdiction totale de cette technique de pêche en Europe, la Commission a essayé de faire fi de la décision des eurodéputés en intégrant dans un acte délégué la poursuite de cette pratique en Mer du Nord.

Le Parlement ne s’y est pas laissé prendre. Il a largement rejeté cette proposition, d’abord en commission de la pêche lundi (18 voix contre 3), puis en plénière ce midi par 484 voix contre 77.

Le vote massif de cette objection est un revers cinglant pour la Commission et doit lui servir de leçon. Sur la pêche comme pour le reste, elle aura de plus en plus de mal à faire avaler au Parlement ses petits arrangements avec les États pour décider toute seule des règles du jeu européennes.

Le déni démocratique n’a pas sa place en Europe.

Que la Commission se le tienne pour dit : quand le Parlement dit non, c’est non !

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*