Sécurité vaccinale : nous devons nous montrer à la hauteur de l’enjeu !

Je me suis abstenu sur le projet de résolution au sujet de la réticence vaccinale présenté en cette session plénière à Strasbourg. Le texte proposé n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Je suis pour une vaccination sûre et réalisée dans les meilleures conditions possibles. Or, ce texte ne va pas assez loin. Si nous affirmons qu’il y a un souci avec les adjuvants vaccinaux tel que l’aluminium, que des effets secondaires lourds existent et que le processus de mise sur le marché des vaccins est insuffisamment transparent, alors des actions fortes doivent être mises en place pour assurer la sécurité vaccinale. Partant de ce constat, il n’est pas intellectuellement honnête de prétendre que la hausse de la réticence à l’égard de la vaccination tient  aux « fake news » qui circulent sur internet. La confiance des populations par rapport à la vaccination sera uniquement rétablie lorsque la transparence du secteur sera renforcée.

Protéger les populations, voilà notre rôle. Nous devons financer massivement la recherche pour mieux comprendre l’impact sur la santé humaine des adjuvants vaccinaux, répertorier précisément les effets secondaires des vaccins et mieux former et informer les professionnels de santé à cet égard. Il y a urgence, nous ne pouvons pas laisser baisser le taux de couverture vaccinal mais nous ne pouvons pas non plus tolérer que les vaccins inoculés présentes des risques pour la santé des populations.

La vaccination n’est pas un acte anodin et il doit être fait dans les meilleures conditions. Nous devons donc avant toute chose interroger nos pratiques et financer une recherche scientifique rigoureuse et indépendante pour pouvoir garantir aux citoyens que la vaccination est sans danger.

Dès lors, il n’est pas correct que cette résolution propose d’étendre la vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) alors-même que la rigueur scientifique de l’étude préalable à la mise sur le marché de ce vaccin a été remise en cause à plusieurs reprises et que de nombreux effets secondaires ont été répertoriés au Danemark par exemple. Il s’agit d’être responsable. Les études préalables à la mise sur le marché des vaccins doivent être scientifiquement irréprochables de façon à rassurer les citoyens. Nos voisins européens s’interrogent également sur la question, le sénat italien a produit un rapport très complet sur la sécurité vaccinale et souligne l’importance d’adopter de meilleures pratiques et notamment un suivi à long terme des personnes vaccinées afin d’identifier les éventuels effets secondaires.

La réticence vaccinale est un enjeu majeur et nous ne devons pas laisser dériver les débats qui l’entourent sur des postures anti et pro vaccination stériles. La vaccination a prouvé son efficacité pour protéger nos populations, le débat ne se situe pas à ce niveau. Il n’est pas responsable de refuser d’interroger nos pratiques vaccinales alors que la santé des patients est en jeu. Au contraire, nous devrions sans cesse vouloir améliorer nos pratiques afin de rendre la vaccination la plus efficace et bénéfique possible.

Print Friendly, PDF & Email

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.