Emissions carbone et règlement sur le partage de l’effort, une fois de plus le Conseil recule

J’ai voté contre ce rapport sur le partage de l’effort en session plénière à Strasbourg. Et pour cause, ce rapport crucial pour la transition énergétique européenne est bien insuffisant pour inscrire l’Europe dans la trajectoire de l’accord de Paris.

Nous parlons ici de l’instrument le plus important de l’UE sur le climat.  Ce «règlement relatif à l’action pour le climat mettant en œuvre l’accord de Paris», concerne environ 60 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne. Il établit des budgets carbone annuels entre 2021 et 2030 pour chaque pays de l’UE et couvre tous les secteurs exclus du champ d’application du système d’échange de quotas d’émission (SEQE) de l’Union, y compris le transport, les déchets, l’environnement bâti et l’agriculture.

Les discussions de trilogue (entre le Conseil, la Commission et le Parlement) qui ont eu lieu en décembre dernier ont détricoté ce qu’avait voté le parlement en 2017. En effet, le parlement proposait des objectifs ambitieux et cohérents avec la COP 21 qui n’ont pas été respecté par le Conseil. En conséquence, le texte ne garantissait pas que l’UE réduise de 30% ses émissions de CO2 dans les secteurs non inclus dans le SCEQE (mentionnés ci-dessus) en 2030 par rapport à 2005.

Le Conseil européen a une fois encore reculé sur un sujet majeur, au mépris de la volonté du Parlement. Ce n’est pas acceptable, cela ne peut pas continuer ! L’urgence climatique n’attend pas et les États européens doivent prendre leurs responsabilités en cohérence avec les objectifs de l’accord de Paris pour lesquels ils se sont engagés. Pour m’opposer au mépris du Conseil et demander l’instauration d’instruments à la hauteur des enjeux climatiques, j’ai donc voter contre ce rapport.

 

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*