Rencontre avec les Pupilles de l’Enseignement Public

Le mois dernier j’ai eu l’honneur, par l’intermédiaire de Sylvie Guillaume, d’être invité pour clôturer les rencontres nationales des PEP (Pupilles de l’Enseignement Public). Honneur car les PEP sont des acteurs majeurs de l’éducation populaire française au travers des millions d’enfants et d’adolescents qui peuvent accéder à des centres de loisirs, crèches, centres de vacances au travers d’un projet qui privilégie des actions inclusives. C’est pour aborder leur importance et leur dimension européenne que j’intervenais devant des représentants venus nombreux de tous les territoires de la République.

Nées en 1915 pour venir en aide aux enfants et aux familles des soldats blessés ou morts durant le premier conflit mondial, les PEP connaissent l’importance des solidarités européennes comme fondations d’une paix durable. Le projet de société inclusive qui lutte activement pour l’intégration de chacun, qui se bat contre les discriminations, qui s’ouvre à la différence, c’est celui de notre Europe et il figure dans les objectifs revendiqués de l’UE. Mais, au-delà de ces rappels, nous avons discuté les moyens concrets en incitant d’abord les acteurs locaux à se tourner vers les soutiens européens et leurs budgets spécifiques. Je suis par contre tout à fait conscient des limites de tels appels : les fonds européens restent complexes à mobiliser et surtout je m’inquiète de leur possible réorientation, pour faciliter leur gestion, vers les plus grosses structures.

Les discussions actuelles sur le budget européen m’inquiètent aussi car elles risquent de se conclure par un cruel manque d’ambition pour soutenir ces initiatives, formant pourtant le tissu concret de cette société inclusive. Ce serait une lourde erreur car l’avenir de l’UE dépend de nos choix : un soutien au rabais laisserait toute sa place à la mise en compétition et affaiblirait considérablement les objectifs de cohésion de l’UE et son existence même. Ce n’est pas un fantasme mais un danger réel alors que les derniers rapports indiquent une aggravation des inégalités dans le monde, en particulier dans l’UE entre les pays de l’Ouest et de l’Est de l’Europe, un fossé dont nous connaissons tous les conséquences : tensions, montée des extrêmes, nationalisme…

Militer pour la société inclusive, comme le font les PEP, est donc une des voies d’avenir pour consolider le projet européen en allant jusqu’au bout de la devise « uni dans la diversité », une belle maxime qui réclame une exigence permanente. L’UE et ses élus doivent être à la hauteur de ces multiples combats engagés quotidiennement par des millions de citoyens européens pour favoriser ces solidarités, que ce soit dans le domaine du handicap, de la lutte contre le racisme ou de l’accueil des migrants par exemple. Et nous devons pleinement leur en donner les moyens !

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*