Rencontre au Parlement avec les lycéens des Mureaux

J’ai été très heureux d’échanger à Bruxelles avec les élèves de plusieurs lycées des Mureaux (Yvelines) : élèves de Terminale ASSP (Accompagnement Soins et Service à la Personne) du lycée Jacques Vaucanson, élèves de Terminale ST2S (Sciences et technologies de la santé et du social) du lycée François Villon et des élèves du lycée privé Notre Dame les Oiseaux de Verneuil-sur-Seine.

Un moment chaleureux et passionnant : impliqués dans un projet de découverte des institutions européennes, ces jeunes femmes et hommes m’ont posé de nombreuses questions sur les enjeux actuels de l’UE mais surtout sur ceux d’une démocratie encore imparfaite. Nous avons ainsi discuté du lien avec les lobbies et, plus globalement, des conditions de la prise de décision politique, un sujet qui les préoccupe beaucoup et à raison face à la crainte des manipulations réelles ou supposées.

Mais c’est surtout sur le rôle des citoyens eux-mêmes que nous avons débattu avec une interrogation fondamentale : comment être acteur de notre société ? Loin des discours méprisants sur une jeunesse dégoutée de tout, j’avais une nouvelle fois face à moi des citoyens et futurs citoyens intéressés par le débat public. Mais cet intérêt n’est pas celui qui nourrit les illusions, il est souvent lucide, exigeant, et donc stimulant pour le représentant du peuple.

Ensemble nous avons rappelé que l’une des conditions premières de cet engagement reste l’exercice du droit de vote, une réflexion avivée par le cas du Brexit ou de l’élection de Trump. Nous avons débattu aussi du rôle de l’opposition dans une démocratie, entre acceptation du fait électoral et nécessité d’un travail critique, de création d’un rapport de force pour construire une alternative politique.

Je profite aussi de ce post sur le blog pour revenir sur une erreur que j’ai encore entendu dans la bouche d’une journaliste spécialisée sur les questions européennes qui expliquait qu’on « n’enseignait pas l’Europe » aux élèves. Je ferai un article plus fouillé prochainement sur ce sujet mais le prof d’histoire-géo que je suis et surtout les multiples professeurs que je rencontré en visite au Parlement ou dans leurs établissements, rappellent juste que l’UE est au programme de 3e, de celui de Première en ES et L par exemple, et surtout des bacs technologiques et professionnels, particulièrement gestion-administration. J’espère participer à ce travail d’apprentissage à la hauteur de mes possibilités de parlementaire mais bravo surtout à tous les enseignants qui, loin des caricatures, permettent aux jeunes de notre pays d’apprendre à connaître cette construction compliquée qu’est l’Union européenne.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.