[CP de Guillaume Balas] Interdire au plus vite le glyphosate

Le Parlement européen vient d’envoyer un message au Conseil des ministres de l’environnement européen en demandant la sortie du glyphosate en 5 ans. Si le principe de cette sortie progressive du glyphosate est une bonne nouvelle, le délai de 5 ans est trop long au regard des effets de ce poison sur notre santé et notre planète. 

La Commission européenne proposait de renouveler le glyphosate pour 10 ans. Les représentants des 28 États européens vont se prononcer demain. Le Parlement européen avait donc à donner un avis non contraignant aujourd’hui. Ce qu’il a fait en proposant une sortie du glyphosate en 5 ans quand il proposait 7 ans il y a quelques mois.

Si je salue le revirement du Parlement européen qui se prononce contre un renouvellement et pour une interdiction du glyphosate, je me suis clairement opposé à ce texte qui préconise la prolongation de l’usage de ce produit pour 5 ans.

Le principe de précaution ne saurait se satisfaire d’un compromis sur le sujet. Il y a urgence à entendre le message des scientifiques, des ONG, des citoyens, des agriculteurs bio et de l’ensemble des personnes qui se battent pour que le poison vendu par Monsanto soit interdit dans les plus brefs délais.

Monsanto a tenté de peser honteusement sur les décisions publiques et les études scientifiques pour masquer les effets sur la santé du glyphosate, la recrudescence des cancers, les malformations gastriques chez l’enfant, les maladies des reins, les disparitions de la biodiversité, la pollution des eaux et des sols. De même il a essayé de discréditer toute alternative à l’usage de ce produit. À ce titre, 5 ans représentent une éternité pour la santé, la démocratie et pour la planète.

Si les agriculteurs doivent être accompagnés pour ne plus utiliser ce produit, c’est toute la philosophie productiviste de notre modèle qui doit être repensée. Il y a urgence à ce que cette réflexion intervienne le plus rapidement possible. À ce titre, nous devons nous opposer à la fusion Monsanto-Bayer, aux dérives monopolistiques de ces géants de l’agrochimie pour que la recherche scientifique et les choix politiques soient à présent étanches des intérêts industriels.

Pour cela, le glyphosate doit être interdit au plus vite.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed