Après les élections françaises, mes attentes sur l’Europe

Comme à chaque session du Parlement à Strasbourg, je reviens sur un événement marquant de l’actualité dans une courte vidéo. Après la nomination du gouvernement d’Edouard Philippe, je souligne ici l’ampleur des défis auxquels il devra faire face et clarifie mes attentes sur le projet européen.

« Bonjour à toutes, Bonjour à tous

Il y a maintenant deux heures, Emmanuel Macron a fait nommer le nouveau gouvernement. Sur la question européenne Jean-Yves le Drian, auparavant Ministre de la Défense, devient Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères. Par ailleurs, il a une ministre déléguée à l’Europe qui s’appelle Marielle de Sarnez qui est une députée européenne libérale au Parlement européen. Il ne s’agit pas de faire des procès d’intentions, et il faut souhaiter bonne chance sur la question de la politique européenne à ce gouvernement et à ces ministres.

Cependant, il est nécessaire de rappeler les enjeux. On le voit, l’Europe est en capacité de se disloquer s’il n’y a pas d’initiatives très importantes qui sont prises. Ces initiatives doivent se faire dans la collaboration active avec tous nos partenaires et notamment avec nos amis allemands. Il faut aussi savoir leur dire sur quoi nous ne sommes pas d’accord de manière claire. Le gouvernement allemand est totalement hostile à la fin de l’austérité, à la réintégration réelle de la Grèce dans ce qu’est l’Union européenne aujourd’hui, à mettre des moyens publics supplémentaires pour faire en sorte que l’investissement permette de faire redémarrer l’économie européenne dans son ensemble et est très timide sur la question de l’Europe sociale.

Pour ma part, comme l’ensemble des forces de gauche au Parlement européen, nous souhaitons des précisions sur le projet de Emmanuel Macron : est-ce que les timidités dont il a fait preuve avec Madame Merkel ne sont qu’un moment ?  Ira-il plus loin dans la réorientation promise de l’UE et dont on attend que la France soit le chef de file depuis plusieurs années ? Dans tous les cas, nous saurons lui dire quand nous serons d’accord, mais aussi que nous serons très exigeants. Nous lui opposerons des désaccords forts s’il n’y a pas de progrès en termes d’Europe sociale, démocratique et écologique. »

Print Friendly

1 Comments

  1. Merci pour votre travail, malheureusement minoritaire! Dr Claude Nachin

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed