Vers une reconnaissance européenne de l’entreprenariat social

J’ai eu le plaisir de recevoir mardi 28 mars des entrepreneurs sociaux venus de toute l’Europe lors d’un évènement organisé avec les réseaux EuclidNetwork et MOUVES au Parlement européen. Conscient des avancées économiques et sociales engendrées par ce type d’organisation, je suis très attaché au fait de favoriser une visibilité maximum, à rebours des lobbys traditionnels. Il est donc, à mon sens, essentiel de promouvoir les entreprises sociales et ce qui peut être fait pour soutenir le secteur. Cet évènement a été l’occasion de souligner la très grande attente vis à vis des institutions européennes dans le processus de reconnaissance et de légitimation des entreprises sociales.

Le début de la rencontre a été marqué par des témoignages à la fois d’entrepreneurs sociaux, d’universitaires et de députés européens qui ont mis en avant leurs actions concrètes pour l’intégration des réfugiés. Nous avons donc eu la chance de découvrir beaucoup d’idées inspirantes. Par exemple, Véronique De Leener-Marks a représenté Capital Digital, organisation belge fondée il y a deux ans qui forme des étudiants de milieux défavorisés à donner des cours de programmation informatique à des enfants issus des mêmes quartiers afin de lutter contre les situations de pauvreté et de favoriser l’intégration sociale. Eric Pliez, directeur de l’association Aurore France nous a fait part des réponses concrètes apportées aux réfugiés en termes d’hébergements en France depuis plusieurs années.

Ensuite, nous avons abordé la question du « plan d’action européen pour les entreprises sociales » demandé par le groupe d’experts de la commission européenne sur l’entrepreneuriat social (GECES). Ce groupe, lancé en 2012 a mis en exergue différentes recommandations  afin d’améliorer la visibilité du secteur, l’accès au financement des entreprises sociales, le cadre juridique existant et des possibilités de développer un réseau international des entreprises sociales. Les entrepreneurs sociaux ont pu faire part de leurs avis plutôt positifs à l’égard de ce rapport mais aussi de leurs inquiétudes, notamment concernant la difficulté d’accès aux financements qui leur sont normalement dédiés et de la nécessité d’agir dans ce domaine.

Cette rencontre a permis de comprendre les attentes futures des entrepreneurs sociaux par rapport à l’Union européenne et d’identifier clairement leurs besoins, dans le contexte actuel qui voit le rôle des entreprises sociales sans cesse augmenter.

 

 

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed