Plus que jamais, l’Europe a besoin de propositions concrètes

Comme à chaque session du Parlement à Strasbourg, je reviens sur un évènement marquant de l’actualité européenne dans une courte vidéo. Après la validation définitive du Brexit par le parlement britannique, je souligne ici la nécessité de formuler des propositions fortes et ambitieuses pour l’Europe.

« Mes chères concitoyennes, Mes chers concitoyens,

Hier, le Brexit a été validé définitivement par le parlement britannique. Il débutera sans doute au mois de mars et s’opérera dans les mois, les années qui viennent. C’est un évènement majeur d’abord pour l’unité du Royaume-Uni : l’Ecosse va organiser un référendum pour son indépendance et la même question se pose pour l’Irlande du Nord. Cela demande une réaction forte de la part de l’Europe : allons-nous rester stupéfaits devant le délitement auquel nous assistons ou allons-nous prendre des initiatives ? On peut déplorer que la France n’ait pas fait depuis une trentaine d’années de propositions politiques à la hauteur de la situation.

Benoît Hamon propose aujourd’hui un contrat politique autour de trois volets : la défense européenne, la question de l’énergie et surtout la question démocratique. En effet, les concitoyens que nous rencontrons nous disent qu’ils se sentent éloignés de l’Europe et que cette Europe marche sans eux. L’Europe doit être un outil au service des citoyens. Pour cela, nous proposons avec Benoît Hamon, qu’autour de la zone euro, se créé une nouvelle assemblée, une assemblée parlementaire qui prend des décisions concernant la monnaie unique, l’investissement, la solidarité, la défense et qui, enfin, fasse faire le saut nécessaire à l’Europe pour qu’elle soit au service des citoyens et contrôlée par eux. Aujourd’hui, le choix est simple : soit on laisse les choses se faire et l’Europe se délitera. Soit on pense qu’elle est utile au continent et alors nous la construisons. Pour la construire, nous faisons une proposition. Cette proposition est à négocier avec les autres pays, bien évidemment, avec les autres forces politiques et les différentes institutions mais il faut prendre le risque du débat. Benoît Hamon aujourd’hui le fait. »

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed