Une première victoire au Parlement européen contre le CETA

Le 8 décembre dernier, la commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen a adopté par 27 voix contre 24 l’avis du député socialiste Georgi Pirinski qui recommandait à la commission du commerce international de rejeter l’accord commercial avec le Canada. C’est un premier message fort envoyé à ceux qui s’inquiètent des effets négatifs tant sur l’emploi, l’environnement que le respect des procédures de transparence démocratique qu’un tel accord de libre-échange fait courir à l’Europe et à ses concitoyens.

Contrairement à ce qui est affirmé par les principaux défenseurs de cet accord économique, aucun économiste n’est en mesure de prouver que le CETA permettra de créer des emplois et de générer de la richesse. L’étude d’impact réalisée à la demande de la Commission prévoit un accroissement du PIB européen de seulement 0.03% tandis que d’autres études indépendantes anticipent la destruction de plus de 200 000 emplois à l’échelle européenne. La Commission répète que le CETA constitue avant tout un moyen de faire prospérer les petites entreprises. Cependant, 99% des PME n’exportent pas outre-Atlantique et la plupart d’entre elles craignent avant tout un détournement de leur activité nationale ou intra-européenne du fait de la concurrence des grandes firmes canadiennes.

Au Parlement européen, la bataille continuera au sein de la commission de l’environnement, saisie également pour avis sur cet accord de libre-échange, avant que le CETA ne soit soumis au vote en plénière en février prochain.

 

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed