Nous devons ouvrir un large débat sur l’avenir de la politique commerciale de l’UE

Comme à chaque session, je reviens sur l’actualité du Parlement européen dans une courte vidéo. J’ai choisi de m’exprimer sur le veto de la Wallonie à l’accord de libre-échange UE/Canada auquel je suis moi-même également opposé. Cette courageuse position ouvre une brèche dans l’espace européen: il est désormais temps d’ouvrir un large débat sur l’avenir de la politique commercial de l’UE. Je m’en explique dans la vidéo suivante:

« Un évènement important a marqué cette session du Parlement européen. Il s’agit du refus de la Wallonie, cette région de Belgique, de ratifier l’accord de libre-échange UE/Canada auquel je m’oppose depuis longtemps. En effet, rien ne prouve que cet accord soit positif pour l’Europe. La dernière étude faite sur le sujet démontre même que 200 000 emplois en Europe et 40 000 emplois en France pourraient être détruits avec cet accord.

Malgré les diverses pressions appelant à céder et à la ratification, Paul Magnette, Ministre-Président de Wallonie, s’est opposé à cet accord. Paul Magnette est un pro-européen. Il est socialiste, croit à l’Union européenne mais pense aussi que l’Union européenne doit savoir se faire respecter quand elle discute avec d’autres partenaires. Son propos n’est pas de dire qu’il ne faut pas d’accord commercial avec le Canada. Il avance simplement qu’il doit s’agir d’un bon accord et demande donc la réouverture des négociations. C’est exactement la position que nous défendons avec certains collègues, à la fois au sein de la délégation socialiste française et du groupe socialiste. Les verts et la gauche radicale sont également sur la même position.

Nous devons donc désormais ouvrir un large débat sur l’avenir de la politique commerciale de l’Union européenne. Pensons-nous que le libre-échange absolu est une bonne voie ? Nous le voyons partout : les peuples le refusent, ils ne croient plus à la mondialisation heureuse. Cela n’a apporté que délocalisation et chômage. Bien évidemment, cela ne veut pas dire que nous ne devons pas commercer entre les États du monde. Simplement, cela veut dire qu’il faut des règles sociales, environnementales et, qu’à tout moment, les peuples puissent refuser l’investissement d’une grande entreprise si elle ne convient pas à la majorité.

Souveraineté populaire, écologie, justice sociale, démocratie : ce sont les mots-clés qu’il faut installer dans ce débat sur les traités de libre-échange. Il est insupportable d’entendre que certains souhaitent avancer en force. Il faut maintenant que l’ensemble de la gauche propose de nouvelles règles pour le commerce international. Nous y travaillerons. »

Print Friendly

1 Comments

  1. Ton discours est intéressant et sincère.
    Mais que va faire le groupe des des Socialistes français?
    Et , toi avec peut-être d’autres, sauras-tu voter contre même si la décision du PS sera d’approuver? Quand on sait ce qui s’est passé au sein du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale , on ne peut qu’être septique…

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed