Pologne, défendre le droit des femmes à disposer de leur corps

100 000 femmes polonaises ont finalement fait valoir leur droit et plier le gouvernement polonais ultra-conservateur sur la criminalisation de l’avortement. La chambre basse du Parlement polonais a finalement rejeté le projet qui consistait à durcir une loi déjà parmi les plus restrictives d’Europe. En effet l’avortement y est considéré comme illégal sauf dans trois cas précis: lorsque la vie de la mère est en danger, lorsque le fœtus est irrémédiablement endommagé et lorsque la grossesse est le fruit d’un viol ou d’un inceste. Le projet de loi visait à présent à interdire l’avortement même dans les cas de viol ou de grossesse menaçant la vie de la mère. Ce projet de loi proposait de condamner les femmes qui pratiquent librement l’avortement à 5 ans de prison.

Historiquement l’une des vocations premières d’un Parlement, quel qu’il soit, est de défendre les droits. Le 5 octobre 2016, le Parlement Européen a donc débattu d’une proposition de loi polonaise durcissant le droit à l’avortement. C’est son droit de s’exprimer sur des sujets nationaux quand ils vont à l’encontre des valeurs qui ont fondé notre adhésion commune au projet politique européen. L’Europe ne peut plus être seulement un grand marché unique. Elle doit être aussi, et avant tout, un socle de protection sociale et de défense des droits fondamentaux. Ce socle commun de droits constitue une part de notre identité européenne. Dès lors, on ne peut accepter la criminalisation qui est faite des femmes qui pratiquent l’avortement, considérant que le droit à disposer de son corps est une conquête qu’il faut défendre comme un bien précieux.

Ce projet constituait une violation du droit des femmes à disposer librement de leur corps. En tant que parlementaire européen, je lutterai contre les tentatives liberticides et les dérives moralisatrices et droitières d’une partie croissante du continent. C’est aussi la vocation de l’Union Européenne que de défendre une société libre avec un socle de droits communs. La Pologne, ce grand peuple malmené par l’histoire, doit pouvoir compter sur notre plein soutien quand il fait le choix de la démocratie et de la liberté, et de notre courroux quand il entame une dérive liberticide heurtant nos valeurs communes.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed