Contre les OGM: plus de transparence et de démocratie

Le 6 octobre dernier, le Parlement Européen a voté à une large majorité 5 nouvelles objections à la mise sur le marché et/ou la mise en culture d’organismes génétiquement modifiés. Ces objections, même si la Commission Européenne feint de les ignorer, sont importantes dans le contexte de la fusion entre Monsanto et Bayer.

Ne nous y trompons pas, il s’agit bien là d’un enjeu de santé publique et de démocratie, dans un monde où une multinationale maitriserait l’ensemble du cycle -semences OGM, engrais et pesticides chimiques. Nous attendons d’ailleurs que les autorités de la concurrence utilisent l’ensemble de leurs prérogatives pour empêcher cette fusion, dangereuse pour les agriculteurs d’un point de vue économique et pour la sécurité alimentaire de tous les européens. Il nous revient de refuser ces fusions dans l’agrochimie qui finiront par mettre l’agriculture mondiale dans les mains d’entreprises devenues plus puissantes que les États.  Imaginons un seul instant le poids que représenterait Monsanto-Bayer dans un arbitrage privé tel que proposé dans le cadre des négociations TTIP ou CETA, en cas de rébellion d’un état dit souverain. Ce rachat aggrave les pressions des industriels pour conserver sur le marché des produits que nous ne voulons plus voir en circulation. D’où l’importance d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

Concernant ces 5 objections d’OGM, il convient de rappeler une fois de plus que les règles en matière d’autorisation des OGM ne sont pas démocratiques, selon les propres aveux de Jean Claude Juncker. Et qu’à ce titre il revient au Parlement de jouer son rôle en favorisant la transparence et la démocratie. Aucune nouvelle proposition de règles concernant l’importation d’OGM ne semble être proposée par la Commission. Rappelons qu’une majorité du Parlement a voté un amendement demandant à la Commission de revoir sa copie concernant le processus de mise sur le marché des OGM. Notre objectif reste donc le même : aucun aliment génétiquement modifié ne sera validé par le Parlement Européen en comitologie, tant que la Commission n’aura pas proposé un nouveau cadre concernant l’importation d’OGM et cela afin de prendre en compte le fait majoritaire en Europe. C’est une question de démocratie et aussi une manière de faire respecter les choix du Parlement Européen dans le jeu institutionnel.

Ces 5 objections sont déposées par des représentants de 5 groupes politiques : S&D, Verts, GUE, EFDD, PPE. 3 d’entre elles concernent des mise en culture et 2 autres des importations.
Nous nous opposons à l’autorisation de mise en culture de 3 maïs transgéniques :

    • le Maïs BT11 qui est tolérant à l’herbicide glufosinate-ammonium;
    • la fameux Maïs Monsanto 810 car il est en train de permettre la mutation d’une espèce de maïs sauvage, le téocinte, ancêtre du maïs cultivé en Europe, présent en Espagne depuis 2009 que les autorités espagnoles ont retrouvé à la fois dans les champs OGM et les champs dits conventionnels. Nous sommes là dans une situation caractéristique de contamination croisée.
    • nous nous opposons à la mise en culture du Maïs transgénique 1507, qui a permis notamment à l’EFSA de faire émerger cet intéressant concept de « mortalité dite acceptable » à l’égard de papillons polinisateurs, espèces précieuses de lépidoptères. Il est nécessaire de rappeler les immenses risques qui pèsent sur les pollinisateurs et notre responsabilité de les protéger. Les lépidoptères sont les principaux pollinisateurs nocturnes de fleurs, ils ont une place essentielle dans le cycle de la nature
    • Nous nous opposons aussi à l‘import du Coton 281-24-236 qui est résistant au glyphosate. Il est nécessaire de rappeler combien les européens ont été clairs dans leur refus de voir ce véritable poison prospérer sur notre continent.
    • Enfin nous nous opposons aussi à l’import du maïs MON 810, comme nous nous opposons à son autorisation de mise sur le marché, pour les risques évoqués de contamination croisée à la toxine Bt. Les maïs Bt sont des variétés dont la modification du gène leur confère une résistance aux principaux insectes nuisibles du maïs, entre autres la pyrale.

Il est donc à souligner qu’une majorité de députés européens s’est prononcée en faveur de ces 5 objections concernant des produits qui desservent à la fois nos agriculteurs, notre biodiversité, nos consommateurs et au final qui peuvent atteindre la confiance qu’ont les européens envers nos institutions, chargées de les protéger. Nous ne ferons certes pas l’économie d’un débat de fond sur la dépendance de l’agriculture européenne envers les produits OGM des pays tiers, mais nous ne pouvons pas, au préalable, poursuivre plus avant ces autorisations d’OGM, qu’une majorité d’Européens rejette. A la Commission Européenne d’entendre à présent le message que vient de lui envoyer le Parlement Européen, ce qu’elle n’a pas fait jusqu’à présent.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed