Le Progressive Caucus prend part au large débat sur l’accord de libre-échange UE-Canada (CETA)

Credits: European Union, 2016

Avec des collègues issus de différents groupes politiques progressistes au Parlement européen (Verts – Greens/EFA, gauche européenne – GUE/NGL- et sociaux-démocrates -S&D), nous avons créé le Progressive Caucus, un espace de dialogue et d’action fondé sur la confiance entre alliés progressistes au Parlement européen et à travers l’Europe.

Environ 250 personnes (citoyens, ONG, représentants syndicaux, universitaires et députés européens) ont participé au premier évènement public de cet objet politique inédit sur les accords de libre-échange TAFTA/CETA au Parlement européen, mardi 6 septembre dernier. D’éminents orateurs tels que Pascal Lamy (ancien directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce), Jeronim Capaldo (Université de Tufts), Penny Clarke (Syndicat européen des services publics) et Cécile Toubeau (ONG Transport et Environnement) ont participé à ce débat.

Après le lancement d’un site internet d’information sur le contenu du CETA, les députés progressistes ont la volonté de rassembler les forces progressistes, avec la société civile, pour faire connaître au large public ce qui est en jeu dans cet accord de libre-échange dont l’application pourrait avoir lieu très prochainement.

 

Eva Joly, Députée européenne – Greens/EFA : Ensemble, et en donnant aux citoyens les moyens de se mobiliser, nous pouvons changer la donne et éteindre le feu xénophobe et nationaliste qui menace notre continent.

Guillaume Balas, Député européen – S&D : L’ambition du Progressive Caucus n’est pas de diviser mais de rassembler autour de ce qui est le plus important : les idées, le contenu, la réorientation.

Fabio De Masi, Député européen – GUE/NGL : Nous voulons des débats contradictoires au sein du Parlement européen pour créer de la confiance entre nous. Tous les députés progressistes sont invités à nous rejoindre.

Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC : Les nouveaux obstacles remplacent les anciennes barrières commerciales. Aujourd’hui ces obstacles ont pour but de protéger le consommateur et non plus le producteur : il s’agit des normes, des standards, des processus de certification.

Jeronim Capaldo, Université de Tufts (Etats-Unis): L’impact du CETA sur la croissance et l’emploi rejoignent les mêmes conclusions négatives que celles étudiées pour le TAFTA. 204 milliers d’emplois pourraient être perdus avec le CETA.

Penny Clarke, Syndicat européen des services publics : Des principes et des régulations comme l’accès universel, le contrôle démocratique, les contributions de solidarité permettent d’avoir des services publics de qualité en Europe. Beaucoup de ces principes pourraient être remis en cause par le CETA.

Cécile Toubeau, ONG Transport et Environnement : Le système de protection de l’investissement contenu dans le CETA est la recette d’un désastre pour l’Europe.

Yannick Jadot, Député européen – Greens/EFA : L’Europe continue de donner du pouvoir aux multinationales au lieu de le donner aux citoyens.

Anne-Marie Mineur, Députée européenne – GUE/NGL: Le nouveau système d’arbitrage sur les investissements dans le CETA est une version botoxée de l’ancienne.

Emmanuel Maurel, Député européen – S&D : Si le CETA était un accord progressiste, il n’aurait pas été négocié dans une totale opacité. Il renforcerait les réglementations publiques, œuvrerait à combler les inégalités et permettrait de protéger les secteurs sensibles. Ce n’est tout simplement pas un accord progressiste. 

Dimitrios Papadimoulis, Vice-Président du Parlement européen – GUE/NGL : Nous avons créé une alliance progressiste et un forum ouvert de discussion et d’actions communes au sein du Parlement européen. Notre but est de créer une alternative progressiste concrète contre la majorité au pouvoir et contre la prétendue alternative incarnée par l’extrême droite.

Ska Keller, Députée européenne – Greens/EFA : Nous pourrons stopper le CETA au Parlement européen seulement si nous travaillons tous ensemble au-delà des groupes politiques. Nous pourrons avoir des arguments différents mais nous devons rapprocher les opposants à cet accord de libre-échange.

Stelios Kouloglou, Député européen – GUE/NGL : Ces accords sont en passe de détruire la qualité de vie des Européens. Ils sont sponsorisés par les grandes multinationales et les lobbyistes. Pour ces raisons, nous nous positionnons contre ces derniers et parvenons à trouver un terrain d’accord commun. Car nous souhaitons une autre orientation pour l’Europe.

Ernest Urtasun, Député européen – Greens/EFA : Un grand nombre de députés a assisté à notre évènement. Je suis convaincu qu’il est extrêmement important d’avoir ce forum pour discuter et se battre pour les sujets dans lesquels nous croyons.

Sergio Cofferati, Député européen – S&D : Nous essayons de faire émerger un point de vue commun et progressiste chez des députés appartenant à des familles politiques différentes. En partant de l’opposition au CETA et, plus généralement, des accords de libre-échange, nous pouvons montrer qu’une vision et un programme alternatifs sont possibles.

 

Contact presse : Marie Geredakis, marie.geredakis@europarl.europa.eu

Page Facebook :UnravellingCETA

Site de la campagne Unravelling CETA (Décryptons le CETA) : http://www.unravellingceta.eu/

La conférence de presse est disponible ici : http://www.europarl.europa.eu/ep-live/el/other-events/video?event=20160906-0930-SPECIAL-UNKN

Vidéos montées de l’évènement et photos : Crédits Vasileios Katsardis/ European Union 2016 :

Vidéo en anglais : https://www.youtube.com/watch?v=k9fRlK9uSH8

Vidéo en français : https://www.youtube.com/watch?v=bOL2YmXXQW4

Interventions des députés : https://www.youtube.com/watch?v=IsfZc8sr4Z0

Photos : https://www.flickr.com/photos/131481887@N02/sets/72157670297084793https://www.flickr.com/photos/131481887@N02/sets/72157670295145444

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed