Rencontre avec l’UNEA à Lyon

Au mois de mai, j’ai eu l’honneur d’être invité par l’UNEA (Union Nationale des Entreprises Adaptées) pour leur Congrès/Assemblée générale annuelle organisée en 2016 à Lyon. Cette invitation s’inscrit dans notre combat commun pour l’emploi des handicapés mais aussi le développement de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) en Europe car les entreprises de l’UNEA se sont appuyées sur cette démarche nouvelle pour intégrer dans l’emploi les personnes handicapées.

Partons d’abord d’un constat affligeant : le chômage des handicapés reste important en France et à l’échelle européenne. La situation européenne reste elle aussi inquiétante avec un taux de chômage deux fois plus élevé chez les handicapés que chez les personnes valides. En France comme dans l’UE, les objectifs pour l’emploi des handicapés sont exigeants: ainsi, au niveau de l’UE la stratégie Europe 2020 vise un taux global d’emploi de 75% en 2020 contre 69% en 2010. Mais on reste ici dans une compétence en grande partie nationale et l’implication de l’UE demeure plutôt incitative en aidant les États à développer des programmes de renouvellement des compétences et des emplois, et en proposant de mutualiser les bonnes expériences et les formations.

J’ai ainsi été intéressé par la démarche des entreprises regroupées dans l’UNEA et qui créent de l’emploi pour les personnes handicapées sur la base de l’ESS, secteur économiquement dynamique aux exigences sociales fortes. On peut trouver dans ce secteur émergent un potentiel gisement d’emplois et un cadre de travail qui favorisera l’inclusion sociale des personnes handicapées.

L’UNEA a profité de ma présence pour marquer officiellement son rapprochement avec leur homologue espagnol pour fédérer un réseau européen et ainsi essayer d’avoir une visibilité à l’échelle des institutions de l’UE.

Pour ma part, je soutiens leur démarche pour deux raisons. En premier lieu, il faut que l’UE s’occupe activement de la question de l’emploi des handicapés, surtout dans un contexte de crise économique qui fragilise encore plus leur insertion sur le marché de l’emploi. Ce travail de fédération des entreprises adaptées doit aussi permettre de favoriser un secteur de l’ESS qui reste encore peu connu ou du moins identifié par la Commission ainsi que par de nombreux parlementaires.

Une stratégie d’inclusion sociale arrimée à l’ESS constitue une des meilleures voies pour que nos concitoyens européens handicapés s’intègrent dans le monde du travail et puissent avoir des contrats durables et des emplois de qualités.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed