« La Loi Travail est le résultat des injonctions de la Commission européenne » [Euradionantes]

J’étais l’invité hier d’Euradionantes pour revenir sur le problème démocratique en France et en Europe suite à la parution de ma tribune dans le Huffington Post mais également sur la question de la Loi El-Khomri qui a mon sens, est une émanation directe des injonctions de la Commission européenne.

• Sur la Loi Travail 

Dans les recommandations spécifiques de la Commission européenne et notamment pour la France, il y a un certain nombre d’éléments enjoignant la France à procéder à des réformes structurelles qui concerne le marché du travail en particulier. La Loi El-Khomri répond à un certain nombre d’impératifs souhaités aujourd’hui par la Commission concernant la France en contrepartie d’assouplissements sur les questions budgétaires. Cette Loi El-Khomri est donc en grande partie inspirée par les discussions qui ont lieu au niveau européen. Et s’il n’y a plus de démocratie ni en haut ni en bas, les citoyens cherchent des voies pour se réapproprier leur souveraineté et parfois se tournent vers le pire.

Ce qui manque ce n’est pas la flexibilité sur le marché du travail, c’est une vraie politique macro-économique européenne avec des investissements massifs qui nous permettent de reprendre en main notre destin face aux marchés financiers. 

• Sur le problème démocratique en Europe

La question est de savoir aujourd’hui comment on démontre que le cadre européen peut être un lieu progressiste où la souveraineté démocratique y est pleine et entière. Cela est primordial pour montrer que l’Europe est protectrice et n’est pas un cheval de Troie de la compétition de tous contre tous.

Qu’il y ait Brexit ou pas, nous devons donc, dans les deux cas, redéfinir ce qu’est l’Europe. Pour cela, il faut sans doute que ce soit autour de la zone euro qu’il faut reconstruire un espace de démocratie et de progrès social, ce qui demande qu’un certain nombre de pays avance plus vite que les autres.

Je défends la relance. Dans le cadre de la zone euro, il faut une politique budgétaire extrêmement active. On pourrait mettre en place un budget européen de la zone euro qui contrebalancerait les effets délétères de la monnaie unique et qui pourrait produire un surcroît d’activités économiques pour aller vers un nouveau modèle de croissance.

• Sur la réforme des institutions que je défends au niveau européen et national

Au niveau européen, il faut admettre que l’Union à 28 n’est qu’un marché et créer un noyau dur européen autour de la zone euro.

Au niveau national, il faut casser ce système complètement archaïque qui nous paralyse et qu’est la Vème République avec sa primauté au Président de la République devenue absolument insupportable et antidémocratique. Il faut passer à un régime démocratique parlementaire qui appelle à la discussion et au compromis. Cela serait sage pour pacifier nos relations entre citoyens. 

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed