Des vœux et un appel pour un sursaut en Europe en 2016

Le mois de janvier s’est conclu par un moment convivial à l’occasion des vœux communs des trois députés socialistes d’Ile de France/Français de l’étranger avec Pervenche Berès et Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy avec qui j’ai l’honneur et le plaisir de travailler. Nous formons un collectif, avec l’ensemble de notre délégation au Parlement, qui sait débattre pour trouver des positions communes, une démarche positive et efficace qui permet de faire avancer concrètement nos positions.
Ces premiers vœux des députés franciliens se sont tenus au Bureau d’Information du Parlement Européen en France dont je remercie une nouvelle fois les personnels pour leur disponibilité concernant l’organisation de cet évènement et pour leur travail au service de la démocratie européenne.
Nous avons profité de ce moment où nous retrouvions les nombreux acteurs que nous avons chacun rencontrés durant cette année 2015, pour les alerter sur la situation difficile dans laquelle nous sommes en Europe. Nous partageons en effet le constat d’une Europe en danger face aux démagogues, aux nationalistes, mais aussi face à l’aveuglement d’une partie des dirigeants européens à vouloir poursuivre des politiques qui aggravent la crise et alimentent l’exaspération des Européens. Sans dramatiser à outrance, l’UE est arrivée au bout d’une des logiques qui avait présidé à sa construction depuis les dernières décennies. La stratégie des « petits pas » ne suffira pas à faire survivre une Union Européenne dont le projet reste et se révèle pourtant de plus en plus pertinent, à l’image d’une nécessaire gestion européenne de la crise des migrants. Nous avons beaucoup investi dans la construction européenne comme réponse à la mondialisation libérale mais pour la sauver il faudra casser certains tabous.
Nous sommes d’abord dans une urgence qui nécessite que certains Etats, avec les institutions européennes, se mettent d’accord pour avancer concrètement. Nous avons déjà une zone euro mais elle tourne à vide car dépourvue d’instruments politiques pour l’utiliser en faveur du progrès social, de la lutte contre les inégalités et du développement d’activités innovantes. Il nous faut par exemple avancer sur la transition écologique et à travers elle réfléchir à la question de nos ressources, elle-même posant la problématique géostratégique et militaire. Il est donc temps de faire ce saut qualitatif pour redonner sens à l’Europe que nous voulons.
Quelle stratégie ? Au niveau du Parlement nous devons continuer à travailler avec les progressistes, c’est-à-dire les autres formations de Gauche qui doivent être nos partenaires privilégiés. Nous devons aussi continuer ce travail auprès des citoyens au travers des rencontres et des déplacements pour réduire cette fracture mortifère entre le Parlement et le peuple. Il faut aussi nous tourner vers un certain nombre d’Etats, et en premier lieu le nôtre, pour les pousser à prendre des initiatives communes pour sortir de cette impasse et poser enfin des actes politiques.
Les défis sont grands, les difficultés nombreuses mais il faut refuser le pessimisme pour se montrer convaincu et actif comme tous ceux que j’ai pu rencontrer en 2015. Notre vœu pour 2016 est donc que les citoyens européens se mobilisent pour changer et donc faire avancer l’Europe.

Pour retrouver les photos prises lors de ces vœux

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed