Sur RMC « Il n’y aura pas d’investissement privé sans intervention forte de la puissance publique »

J’étais hier l’invité de l’émission « Carrément Brunet » sur RMC pour répondre à cette question : « Emmanuel Macron est-il l’un des rares politiques à pouvoir redresser la France ? ». L’occasion pour moi de revenir sur les dernières déclarations du Ministre de l’Economie concernant notamment son appel à l’investissement privé.

Retrouvez l’intégralité de mon interview ci-dessous (à partir de la 27ème minute) :

Extraits :

Sur ce qu’incarne Emmanuel Macron

« Qu’Emmanuel Macron puisse incarner un renouveau politique, un nouveau visage, est parfaitement juste. Il est aussi intéressant que l’on ait des gens qui produisent des idées quitte à les contredire, c’est une bonne chose. En même temps, M. Macron est Ministre de l’Economie, ce qui n’est pas un petit poste. On attend surtout de lui donc qu’il résolve les problèmes économiques de la France. Mais le vrai problème est de comprendre quelles sont les causes de l’affaiblissement structurel de la France en termes économiques. Et c’est là qu’il y a un débat. « 

Sur l’appel d’Emmanuel Macron à susciter de l’investissement privé 

 » Quand on regarde les économies qui ont fait cette conversion vers le haut de gamme, on s’aperçoit que la puissance publique a été à chaque fois extrêmement actrice. Et c’est là je pense que l’on fait une erreur majeure, une erreur qui a été aussi le fait de l’Europe : celle de croire qu’une économie basée sur le low-cost et la micro-économie pouvait répondre à la crise de 2008. Or, la réalité, c’est que vous n’aurez pas d’investissement privé si vous n’avez pas une dynamique qui est entraînée par la puissance publique et c’est de cela dont nous manquons en Europe.

Il y a donc un second problème : quand Emmanuel Macron dit : « j’attends de l’investissement privé », et bien, comment crée-t-on cet investissement privé ? L’éclatante vérité ces dernières années, c’est que c’est par la puissance publique et notamment sa capacité organisatrice qu’on crée ensuite les ressources nécessaires pour qu’il y ait des marchés »

Sur l’Europe

« Encore faut-il qu’Emmanuel Macron soit d’accord avec ce que je viens de dire mais pour le moment il donne les signaux inverses. Lui pense que c’est par la présentation d’un cadre social moins contraignant notamment envers les entreprises qu’on arrivera à susciter de l’investissement privé. C’est le pari qui est fait depuis 2012. Or, on voit bien que cela ne marche pas. Donc si j’avais un conseil à donner à Emmanuel Macron ce serait celui-ci : qu’il plaide au niveau européen, bien plus que ce qui n’est fait pour le moment par François Hollande, pour qu’il y ait une véritable action de la puissance publique en termes économiques qui puisse favoriser l’investissement public et le corollaire, l’investissement privé. C’est par là qu’on s’en sortira. Et je pense que c’est son rôle de Ministre de l’Economie.« 

Sur la place d’Emmanuel Macron dans le gouvernement

 » Je pense qu’il faudrait tout d’abord savoir de quel gouvernement nous voulons. Si nous voulons d’un gouvernement libéral, Emmanuel Macron y a toute sa place. Si nous voulons d’un gouvernement qui n’est pas libéral, alors la question se pose.

Sur le débat autour de l’archaïsme des idées de gauche

« Concernant l’archaïsme du radicalisme, je souhaiterais faire un petit point d’histoire. Le libéralisme a précédé l’apparition du socialisme ou de la social-démocratie. Et d’ailleurs les idées socialistes ou social-démocrates ont été des critiques des conséquences du libéralisme, notamment sur la question de l’augmentation des inégalités mais aussi sur les impasses économiques du libéralisme.

M. Macron se rattache à l’école libérale. Et c’est pour cela que je pense que sa pensée est profondément archaïque.« 

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed