« Ouvrir ainsi une telle voie royale au FN, c’est une faute morale » [Entretien Mediapart]

Entretien donné à Mediapart et disponible à cette adresse : https://www.mediapart.fr/journal/france/231215/guillaume-balas-ouvrir-ainsi-une-telle-voie-royale-au-fn-c-est-une-faute-morale

Guillaume Balas: «Ouvrir ainsi une telle voie royale au FN, c’est une faute morale»

23 DÉCEMBRE 2015 | PAR STÉPHANE ALLIÈS

L’eurodéputé socialiste se dit « estomaqué » par la décision de l’exécutif sur la déchéance de la citoyenneté pour les bi-nationaux. Et il appelle les parlementaires, parmi les « vrais républicains » de gauche comme de droite, à s’opposer à cette mesure.

« C’est hallucinant ! » Joint au téléphone dans l’après-midi de ce mercredi, après l’annonce par Manuel Valls et le gouvernement de l’instauration de la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux coupables d’acte de terrorisme, Guillaume Balas a du mal à se remettre. A chaud, l’eurodéputé et responsable du courant “Un monde d’avance” (aile gauche du PS) dit sa sidération et son refus de suivre le pouvoir dans l’adoption d’une mesure jusqu’ici proposée par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen.

Pensiez-vous possible qu’un pouvoir socialiste puisse proposer de constitutionnaliser la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux ?

C’est là où on voit que les déplacements constants de curseur vers la droite sont insidieux et peuvent déboucher sur des événements inimaginables en 2012. J’avoue que je suis estomaqué. Je pensais vraiment qu’il s’agissait d’un coup tactique face à la droite, certes idiot et calamiteux, mais qui finirait à la poubelle. Il y a eu des débats pour savoir si la gauche au pouvoir, enfin, disons plutôt le gouvernement actuel, était encore rattaché à la gauche, puis au socialisme. Désormais, on en est à se demander si ce gouvernement est en phase avec l’identité républicaine du pays. Cette décision entraîne une rupture avec le principe de l’égalité de droit. Si on enlève la nationalité à certains, qui l’ont acquises par le droit du sol, nous allons inscrire dans le principe d’inégalité dans la constitution. Ouvrir ainsi une telle voie royale au FN, qui a évidemment annoncé tout de suite qu’il voterait pour, c’est une faute morale.

La gauche est-elle en situation de convaincre 370 de ses parlementaires, pour faire échouer la réforme constitutionnelle au congrès ?

A l’heure actuelle, je n’en sais rien. Il est encore un peu tôt pour se lancer dans les comptages, mais il faut arriver à empêcher la majorité des 3/5e. L’aile gauche du PS, les écologistes et le Front de gauche sont déjà sur la même ligne. Il va falloir regarder de quel côté bascule le parti socialiste et sa majorité. Cela va interroger la nature profonde du parti sur un enjeu républicain comme celui-ci. Mais il va falloir aussi aller chercher les opposants de droite à cette mesure chez des vrais républicains qui, comme en 2010, ne sont pas d’accord. On n’est pas dans un débat interne au PS, c’est quelque chose de bien plus profond qui se joue.

Vous parliez du PS. Pro et anti-déchéance peuvent-ils encore coexister dans un même parti ?

Pour vous dire la vérité, ça devient extrêmement difficile. L’aile droite du PS, du haut de ses 5% à la dernière primaire, avance sans aucune considération, et même au mépris total du reste de la gauche, sociale et sociétale. On est face à une logique bulldozer de la part de responsables politiques qui se savent très faibles politiquement. La question se pose de savoir si nous sommes encore dans la même famille. Si cette mesure est adoptée, il est évident que le rapport de beaucoup de socialistes à la prochaine présidentielle ne sera plus le même.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed