La Commission doit revoir sa copie sur les OGM

La dernière session plénière du Parlement européen vient de se terminer. Si beaucoup se sont focalisés sur les péripéties des élus FN, le travail parlementaire a permis d’avancer sur des sujets importants (pollution atmosphérique, neutralité du net…) et notamment la question des OGM.

Aujourd’hui nous avons débattu des produits OGM au Parlement Européen. La Commission européenne voulait confier aux Etats la responsabilité d’autoriser ou pas la commercialisation des produits OGM. Ce n’est pas une bonne idée : en effet c’est bien au niveau de l’Union Européenne que doivent être traités ces sujets. Pourquoi ? : parce qu’il y a une libre circulation des produits et que les Etats seraient inopérants pour faire appliquer une législation sur le sujet. C’est pourquoi nous avons demandé à la Commission de retirer son projet et de nous nous faire une nouvelle proposition qui tient compte du fait qu’aujourd’hui une majorité d’Européens sont contre les OGM.

 

Je vous invite aussi à lire le communiqué de presse de la Délégation socialiste française :

« La délégation socialiste française a bataillé ferme contre la proposition de réforme de la procédure d’autorisation d’importation des OGM dans l’Union européenne.

Précédemment, nous avions soutenu une procédure permettant à un Etat membre d’interdire sur son territoire la culture d’un OGM autorisé au niveau européen. Par contre, transposer cette possibilité pour les importations est, à nos yeux, une erreur : en effet, cette proposition de la Commission européenne revenait à renationaliser le marché, et donc venait en contradiction avec le marché intérieur. Une telle décision aurait été non seulement contestée par la Cour de justice de l’Union européenne, mais aussi vraisemblablement par les instances de l’OMC.

Par ailleurs, un tel système n’aurait nullement empêché des détournements commerciaux et donc une présence de matières premières issues d’OGM dans les pays qui en refuseraient l’importation : rien n’aurait été contrôlable quant à l’utilisation des OGM. L’inévitable pagaille aurait donné l’occasion aux pro OGM de remettre en cause la législation récente et durement acquise sur la possibilité donnée aux Etats membres de restreindre ou d’interdire la culture des OGM sur leur territoire.

Mais le simple rejet de ce texte ne doit pas être l’alibi qui permet à tout le monde de se satisfaire du statu quo, c’est-à-dire de permettre au Conseil de continuer à ne pas se prononcer, et à la Commission de continuer à valider l’homologation de nouveaux OGM contre le fait majoritaire.

S’interroger sur l’utilisation des aliments pour animaux génétiquement modifiés, c’est poser la question du modèle de notre agriculture, de plus en plus dépendant d’aliments génétiquement modifiés pour nourrir nos cheptels. C’est cela le fond du problème.

L’agriculture européenne est, aujourd’hui, dépendante de protéines génétiquement modifiées extra-européennes. Dès lors, nous ne nous mettons plus en situation de pouvoir être souverains sur cette question. Si l’on ajoute à cela la pression du changement alimentaire en Asie, et plus particulièrement l’accroissement de la consommation de viande en Chine, la volatilité des prix du soja va s’accroître de manière délirante dans les prochaines années. Ainsi, nous sommes non seulement devenus sensiblement dépendants de l’extérieur, qui plus est sur des produits qui ne satisfont pas nos consommateurs, mais qui viendront qui plus est très vite poser problèmes à nos agriculteurs si nous ne les accompagnons pas vers un autre chemin.

Face à la défiance des consommateurs et au désarroi de certains producteurs, c’est aux citoyens qu’il revient de choisir le modèle alimentaire et agricole qui se prépare en Europe. Nous pouvons constater que, majoritairement, ce choix ne s’oriente pas vers les OGM. Le nier, c’est aggraver le sentiment de dépossession que peuvent ressentir nos concitoyens envers nos institutions, qui plus est sur un sujet aussi sensible que l’alimentation. C’est pourquoi, nous restons mobilisés contre les OGM. »

 

Print Friendly

1 Comments

  1. Il est en effet indispensable de faire en sorte que chacun puisse choisir les produits qui lui conviennent. C’est là une question de liberté fondamentale. Par ailleurs, alors que se prépare la rencontre COP21 sur la protection de la planète serait il cohérent:
    -de renforcer le mode de culture industrielle qui prévaut aujourd’hui avec son cortège de produits divers menaçant l’équilibre naturel(pesticides, engrais chimiques…) et sa consommation d’énergies fossiles, les échanges sur des distances de milliers de km engendrant là aussi des consommations d’hydrocarbures?
    Enfin ne serait il pas plus efficace d’être cohérents et de ne pas prendre des mesures allant à l’encontre de ce principe?
    C’est pourquoi je soutiens votre action.
    Marc Leygonie,citoyen et militant.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed