OGM : Renationaliser des politiques commerciales ne va pas dans le sens de ce que doit être l’UE

Mon intervention en plénière dans le cadre du débat sur l’utilisation de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux génétiquement modifiés

« M. le Commissaire, il y a une unanimité qui va se faire contre votre proposition. Cela signifie que la Commission doit retravailler sur sa proposition. Mais cela signifie également que s’il y a unanimité, c’est peut-être qu’il y a aussi des raisons différentes selon les différents groupes pour rejeter cette proposition.

Il est vrai qu’aujourd’hui, renationaliser des politiques commerciales ne va pas dans le sens de ce que doit être l’UE. J’avoue que j’ai été assez stupéfait lorsque vous avez argumenté à partir de la question démocratique. Si nous en sommes aujourd’hui, au niveau européen, à considérer qu’on ne peut pas établir des règles démocratiques pour choisir — notamment sur des éléments aussi importants que la commercialisation des OGM — et qu’il nous faudrait renationaliser nos politiques pour que ces choix soient compris par les peuples, on va là vers une voie promue par certains mais qui ne va pas dans le sens de la tradition pro-européenne dans laquelle nous nous inscrivons. C’est bien au niveau de l’UE, de la Commission qu’il faut savoir construire les choix démocratiques pour qu’ils puissent être affirmés.
Dans ce sens, la proposition faite par la Commission ne peut être acceptée mais nous ne pouvons pas non plus en rester là. C’est pour cela que nous, les sociaux-démocrates, vous demanderont qu’une nouvelle proposition soit travaillée.
Je termine en disant que la question du modèle agricole doit être posée. Il ne s’agit pas de rêver d’autosuffisance complète notamment sur les aliments des animaux. Néanmoins, on voit bien qu’on ne peut pas être dans un système agricole qui pousse à la production, qui pousse à l’importation massive d’OGM sans même que les populations soient au courant. C’est le cas de la France.
Ainsi donc, nous vous demandons non pas de vous arrêter mais de continuer le travail pour qu’une nouvelle proposition soit faite sur le sujet de la commercialisation des OGM. »

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed