Soutien à la mobilisation des salariés de GEA

Je me suis rendu ce matin à Montigny le Bretonneux dans les Yvelines pour soutenir les salariés de GEA, victime d’un plan de restructuration qui menace aujourd’hui 104 emplois alors même que l’entreprise réalise des profits records. Une situation absurde mais surtout dramatique pour des centaines de femmes et d’hommes. Je serai très vite amené à revenir plus en détails sur cette situation mais d’ores-et-déjà, je vous invite à relayer et à soutenir leur mobilisation pour sauver leurs emplois. Un communiqué de presse de soutien signé par Claude Bartolone, les députés européens franciliens ainsi que des personnalités politiques des Yvelines dont le député Benoît Hamon a également été rendu public cet après-midi. Vous pouvez le consulter et le télécharger ci-dessous : CP GEA 24 septembre 2015 (pdf)

Communiqué de presse 

Soutien à la mobilisation des salariés de GEA

Le groupe international GEA, acteur majeur de l’ingénierie mécanique et d’équipements de procédés c’est: 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2014, 320 millions d’euros de résultat net, soit une marge nette de 7,10 % ; pas de dette, 1 milliard d’euros de trésorerie, une capitalisation boursière évaluée à 6 milliards d’euros…

Mais pour les actionnaires, ce n’est encore pas assez ! Une restructuration menace actuellement 104 emplois sur les 1000 que compte le groupe en France, 1450 salariés sur les 18 000 dans le monde. Pourtant, l’entreprise, tout comme l’établissement de Montigny (Yvelines), réalise des profits record et des prévisions à 3 ans à faire pâlir d’envie nombre de sociétés.

Nous dénonçons l’opacité la plus totale dans laquelle est menée cette nouvelle restructuration du groupe GEA à l’échelle internationale.

Organisations syndicales et représentants du personnel au niveau français et européen sont ignorés, avec comme seul objectif de faire gagner 139 millions d’euros par an aux actionnaires de GEA. Pour nous, les salariés ne sont pas une variable d’ajustement.

Nous condamnons avec force cette financiarisation de l’industrie qui aboutit à la fermeture arbitraire de sites de production et apportons notre soutien à la journée de mobilisation de ce 24 septembre.

Nous appelons à l’ouverture de négociations dans une perspective industrielle, de croissance et de développement, fondées sur un véritable dialogue social : le maintien de l’emploi et de l’outil industriel doit être une priorité !

Claude Bartolone

avec

Sandrine Gandgambe, conseillère régionale et tête de liste des Yvelines
Françoise Descamps-Crosnier, députée des Yvelines
Benoît Hamon, député et candidat des Yvelines

et les eurodéputés

Guillaume Balas, Pervenche Berès et Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy

Print Friendly

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Face au pouvoir du Capital, l’intérêt général (1/2) | Guillaume Balas

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed