Ceux qui pensent que la guerre de la réorientation se terminera avec l’affaiblissement du gouvernement Tsipras se trompent – France 24

J’étais l’invité ce samedi 5 septembre de l’émission de France 24 « Ici l’Europe » pour aborder les différents sujets de cette rentrée politique.

Retrouvez mon interview en cliquant sur le lien ci-dessous : http://www.france24.com/fr/20150905-migrants-syriza-podemos-terrorisme-juncker#./20150905-migrants-syriza-podemos-terrorisme-juncker?&_suid=144172127275805481723434136518

GB France24

Sur le discours sur l’Etat de l’Union qui devra être prononcé par Jean-Claude Juncker à la prochaine session parlementaire

L’Union va très mal. Aujourd’hui on est devant deux voies possibles : soit on va vers la fin via une nationalisation des politiques, soit on passe un saut qualitatif pour l’Union, mais pour cela il faut que la démocratie l’accompagne.

J’espère que JC Juncker ira vers la seconde voie en donnant la priorité à la démocratie.

Sur les politiques migratoires

Quand on lit les déclarations de François Hollande et d’Angela Merkel, on aurait souhaité qu’elles interviennent il y a un an. Il est bien dommage que nous ayons perdu autant de temps. En France, le Front National inhibe la gauche sur ses valeurs fondamentales. Et les combats qu’on ne mène pas sont perdus. Si on ne dit pas pourquoi c’est dans l’intérêt de la France d’accueillir ces réfugiés et d’organiser ces migrations, les gens ne vont pas être spontanément dans des attitudes responsables. À ce titre, je salue le peuple italien qui a été d’un humanisme et d’une maturité exemplaires avec ce qu’il a vécu. Cela prouve que le peuple français peut faire de même.

Sur les élections grecques

Tout est fait pour qu’Alexis Tsipras ne gagne pas les élections. A été organisé le fait qu’il ne fallait surtout pas que l’expérience de Syriza puisse réussir en Grèce parce que la contamination devait être évitée dans le reste de l’Europe. Il fallait donc mettre Tsipras à genoux ce qui a été fait dans un premier temps. Et aujourd’hui, soit Tsipras gagne les élections mais de manière contrainte – parce qu’assise sur le troisième memorandum – , soit Tsipras perd et nous assisterons au retour de Nouvelle Démocratie avec des personnes que les institutions européennes préfèrent.

Dans les deux cas, ça ne reste qu’une bataille. Ceux qui pensent que la guerre de la réorientation de la construction européenne se terminera parce que le gouvernement Tsipras est affaibli se trompent.

Ceux qui sont les plus grands supporters de l’Europe sont aussi ses plus grands destructeurs parce qu’ils refusent toute harmonisation sociale ou fiscale. Mais si nous n’allons pas dans cette direction là, l’Europe cessera d’exister.

Sur le Brexit

Je crains moins le Brexit que les conditions pour qu’il n’y ait pas un Brexit.

Pour que la Grande-Bretagne ne sorte pas de l’Europe, il faut être sûr que l’on ne cède pas à toutes les revendications de M.Cameron et j’ai peur que ce soit vers ça que nous nous dirigeons actuellement…

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed