Rencontre avec Enercoop

enercoop

J’ai rencontré au mois de janvier Mathieu Richard, Président du Conseil d’Administration d’Enercoop, pour qu’il me présente leurs activités, leurs projets et pour discuter ensemble des perspectives de la transition écologique.

Qu’est-ce qu’Enercoop ?
Née dans le sillage des débuts de la libéralisation du marché de l’électricité au particulier (depuis 2007 le marché pour les particuliers est totalement ouvert en France ), Enercoop est un fournisseur d’énergie dont la première spécificité est de rassembler des producteurs d’énergies renouvelables pour permettre aux consommateurs d’avoir accès à une offre 100% renouvelable. Implantés à travers la France, notamment dans le Sud et le Grand Ouest, ces producteurs (85) possèdent des installations hydrauliques, des éoliennes et des panneaux solaires. Enercoop fait alors l’intermédiaire entre ces producteurs et les consommateurs. Au fur et à mesure qu’Enercoop intègre de nouveaux consommateurs, elle va chercher de nouveaux producteurs d’énergie renouvelable pour répondre aux nouveaux besoins.
La deuxième spécificité d’Enercoop est sa structure même. C’est une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) : les producteurs, mais aussi les consommateurs qui le souhaitent, et même les collectivités (prés de 47% de la production est fournie par des installations détenues par des collectivités locale) font partie de cette coopérative. Les adhérents élisent ainsi leur direction et débattent des orientations de la coopérative.

Produire de l’énergie 100% renouvelable en France
Cette rencontre m’a permis de mieux appréhender les enjeux d’une telle problématique.
Première problématique : la définition d’un « fournisseur d’énergie renouvelable ». Actuellement « l’électricité verte » en France repose soit sur des structures comme Enercoop qui s’adressent directement à des producteurs d’énergie renouvelable soit sur l’achat de « certificat de garantie ». Ils sont disponibles sur un marché financier et ils représentent une quantité d’électricité produite par du renouvelable. Ce système permettrait ainsi à des fournisseurs d’énergie d’acheter de l’électricité conventionnelle, par exemple nucléaire, et de la revendre en électricité verte en achetant ces certificats.
Deuxième problématique : le prix des énergies renouvelables. Le marché de l’énergie est marqué par une hausse des prix depuis plusieurs années en France avec de nouvelles méthodes de calcul qui intègrent notamment les coûts colossaux des investissements pour l’entretien et le renouvellement du parc nucléaire. Cette évolution rend les énergies renouvelables de plus en plus viables économiquement et elle pousse les fournisseurs d’énergie à investir dans de nouvelles sources de production. Mais, à l’image des messages transmis à ses consommateurs par Enercoop elle-même, la baisse de notre facture énergétique reste d’abord liée à notre nécessaire baisse de consommation avec l’adoption de pratiques plus sobres et responsables. Enfin, au niveau des fournisseurs, les marges dégagées doivent être en grande partie réinvesties dans la mise en place de nouvelles structures et techniques de production d’énergies renouvelables.

Un modèle viable ?
Enercoop malgré sa forte croissance reste une petite structure avec ses 21000 consommateurs. Mais elle représente un nouveau type de structure qui se développe à l’échelle européenne.
En effet si l’on se tourne vers la Belgique, la structure comparable qui s’appelle Eco Power propose l’exemple d’un modèle qui allie une très forte exigence dans la production du renouvelable mais aussi des tarifs attractifs pour le consommateur. Au Portugal l’électricité photovoltaïque devient moins chère que celle produite par le réseau classique.
Le modèle coopératif et la déconcentration sous formes de coopératives locales peut permettre aussi une meilleure maitrise des besoins réels et l’intégration dans les territoires alors que s’affirme en France la volonté des citoyens de mieux contrôler et de décider de la pertinence des aménagements locaux.

Un enjeu européen
Selon Mathieu Richard, une lutte européenne s’engage avec des grands groupes soucieux de reprendre la main sur les énergies renouvelables. Cette évolution se serait accentuée avec la volonté de promouvoir, au niveau de la Commission, les appels d’offres dans les Etats européens pour le marché des renouvelables avec comme finalité d’intégrer de plus en plus l’électricité verte dans un système de marché. Ce système désavantagerait les petites structures n’ayant pas les moyens de rivaliser avec les grands groupes qui captent les marchés au détriment de producteurs d’électricité comme les coopératives qui se développent de plus en plus l’échelle européenne.

La transition écologique n’est plus une utopie mais elle reste un combat, un combat complexe où la question de la réglementation, au niveau européen et national, est un élément décisif pour faciliter ou décourager les initiatives et l’installation d’un nouveau modèle de développement. L’exemple de ces coopératives plaide ainsi pour un modèle qui allie préoccupation environnementale, fonctionnement collaboratif, et intégration aux territoires.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed