L’UE ne doit pas abandonner la Grèce mais s’en servir pour réorienter l’Europe

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=qkJDclonHL0]

Comme chaque mois, je vous livre ma lecture de la période en direct de la session plénière à Strasbourg. A l’ordre du jour de ce mois : l’opportunité nouvelle que nous offre la victoire de la Gauche en Europe pour réorienter les politiques.

GB VoxBox12.02.15

« Je suis actuellement en session à Strasbourg et nous sommes actuellement au cœur d’une discussion extrêmement importante sur le devenir de l’Europe et notamment sur la question du modèle social européen qui à la fois doit être une économie compétitive mais qui doit également garantir la protection des droits des salariés, des droits des travailleurs, des droits tout court de tous les citoyens européens.

Ce modèle européen on en discute beaucoup, pourquoi ?

Parce que les élections qui ont eu lieu en Grèce prouvent que la politique menée depuis 5 ans ne fonctionne pas, crée du chômage, disloque les droits notamment des salariés… Cette victoire de la gauche en Grèce pourrait permettre de rebattre les cartes au niveau européen. Pour cela, il faut que chacun prenne ses responsabilités. Le groupe socialiste auquel j’appartiens au Parlement européen a pris une position forte appelant à un accord avec la Grèce, un moratoire sur la dette, le fait que la Grèce devait restructurer son état pour qu’il fonctionne évidemment mais que l’Union européenne l’aide et surtout ne l’abandonne pas, ce qui serait la pire des solutions et sans doute l’explosion de l’Europe à terme.

J’ai participé aussi à un appel qui rassemble des députés de toute la Gauche et qui va dans le même sens. Cet appel dit qu’il ne faut pas avoir peur de ce qu’il s’est passé en Grèce mais au contraire s’en servir pour réorienter l’Europe. Nous avons là une opportunité fantastique pour qu’enfin l’Europe change. Aujourd’hui, nos concitoyens le souhaitent. Le scrutin qui a eu lieu dans le Doubs dimanche et qui fait que le socialiste a gagné et c’est une bonne chose mais où on voit que le Front national a rassemblé 49% des voix montrent qu’aujourd’hui, si on n’arrive pas à donner une perspective à l’Europe, alors, ce sont les nationalistes qui risquent de prendre la main. Pour contrer cela, donnons la preuve aux concitoyens européens que l’Europe les protège, que l’Europe ne les défait pas. Et c’est le combat que nous menons au Parlement et qui amène à un Sommet européen à la fin de la semaine, crucial pour les choix à faire pour l’Europe. »

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed