Mon débat sur BFM Business « Pour aider Juncker à réussir, il va falloir être rude avec lui »

J’étais l’invité de l’émission « 500 millions d’Européens » sur BFM Business aux côtés de Michèle Rivasi, députée européenne EELV, Jean-Marie Cavada, eurodéputé du groupe ALDE et Jean Quatremer, journaliste à Libération. Sujet abordé : la Commission Juncker.

Retrouvez mon interview en cliquant sur le lien ci-dessous :

 http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/audio/bfm-2510-500-millions-d-europeens-113171.html

BFMBusiness

Sur Jean-Claude Juncker

« J’ai voté contre M. Juncker car il y a eu une certaine forme de promesses lors de la présentation mais que les engagements et les écrits manquent »

« Je n’attends aucun sauveur suprême ni en France, ni en Europe. L’ennemi de Juncker, c’est le chômage. Et M. Barroso n’a rien arrangé. Si l’UE ne réussit pas à mettre en place une politique économique différente, on va dans le mur. Il y a des pistes qui s’ouvrent mais qui restent évaporées. La question aujourd’hui est donc de savoir si nous sommes en capacité de réorienter l’Europe collectivement et si le Parlement européen peut donner l’impulsion nécessaire. On va avoir besoin pour aider Juncker, d’être très rude avec lui. »

Sur les cadres d’intervention sur l’emploi et le chômage « Européaniser les stabilisateurs économiques »

« On est dans une contradiction totale : à la fois pour s’en sortir, on s’en remet à l’Europe et d’un autre côté, on dit que la politique sociale relève des Etats. Le problème essentiel est là : aujourd’hui si nous voulons que la souveraineté populaire se retrouve au niveau européen et qu’il n’y ait pas cette dissociation sur laquelle joue les populistes et les nationalistes entre les peuples et l’Europe, il faut plus d’intégration européenne. Il faut que l’UE soit en capacité d’agir comme un Etat. Et un Etat peut mettre en œuvre des normes sociales comme par exemple l’idée d’avancer sur une assurance chômage européen qui, en cas de choc asymétrique, pourrait compenser des disparités entre Etats. Il ne faut pas excuser l’UE de ses manquements ».

Etre pro-européen, c’est construire l’Europe, donc y mettre les moyens

« Sur la question des Etats, il y a quelque chose d’insupportable : quand on dit qu’on est pro-européen, cela signifie qu’on construit l’Europe, donc qu’on y met les moyens, la force, la dynamique.

Il va falloir un minimum de sincérité ou les peuples vont nous dire : « vous avez vendu pendant trente ans une sorte de souveraineté au niveau européen mais vous êtes incapables de la mettre en oeuvre. Donc on va la mettre au niveau national et dans ce cas-là, nous savons très bien qui va en profiter ».

Sur le plan d’investissement de 300 milliards

« Il ne faut pas vendre n’importe quoi. De quoi avons-nous besoin aujourd’hui ? D’argent et d’argent public pour faire levier et recréer de l’investissement. On a un problème sur la provenance des fonds et sur leur destination. C’est le flou pour le moment.

Si c’est pour multiplier des ronds-points inutiles, ça n’a aucun intérêt. Evidemment, la question de la transition énergétique est ici essentielle. Juncker a dit que ce serait avant la fin de l’année donc au Parlement, les différents groupes politiques doivent être très en amont sur le débat. »

Sur les rapports de force interne au Parlement européen

« Ce qui importe ce sont les dynamiques, les stratégies, la politique. Il faut construire les arcs de force qui peuvent le faire. Au sein du Parlement européen, si on regarde la gauche dans sa diversité, si on regarde les gens « intelligents » chez les libéraux, et même quelques PPE éclairés, je pense qu’il y a un arc de force qui peut avancer mais pour cela, il nous faut un contrat de programme. Mais pour le moment, ce n’est pas ça. Nous sommes sous l’influence exagérée d’une partie du PPE qui suit les injonctions de Mme. Merkel et qui nous immobilise. C’est pour cela qu’il faut agir au sein du Parlement pour faire évoluer le centre de gravité stratégique. »

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed