Rencontre avec les « Enfants du Canal »

V3_RVB_rougerouge-2-e1383568494182

Débattre et voter au Parlement est une de mes missions mais elle doit s’articuler avec des rencontres régulières avec les habitants de l’Ile de France, les associations, les syndicats, les entreprises. Ces rencontres doivent vous servir à m’interpeller, à me nourrir de vos échanges et contributions. Mais elles servent à vous rendre compte de mon action.

L’une de mes priorités est de soutenir les initiatives, les projets et tous ceux qui se mobilisent pour lutter contre la pauvreté et qui se battent pour l’insertion des personnes en difficultés. J’avais ainsi pu rencontrer à Bruxelles la FEANTSA (Fédération Européenne des Associations Nationales Travaillant avec les Sans Abri) et j’ai complété ce premier travail avec la visite menée dans les locaux de l’association les Enfants du Canal à Paris vendredi dernier.

Guidé par le directeur Christophe Louis j’ai pu me rendre dans l’un des centres d’hébergement géré par l’association au 5 rue Vésale à Paris dans le 5e arrondissement (le deuxième est dans le 14e arrondissement, rue Grancey). S’appuyant sur cette infrastructure, l’association propose un lieu de vie où les personnes hébergées bénéficient à la fois d’une large autonomie et d’un cadre responsabilisant. Cette approche s’est forgée au lendemain des évènements du canal Saint Martin en 2007 avec le constat que les formes d’hébergement proposées aux SDF ne permettaient souvent pas de les accompagner vers des solutions pérennes. L’idée a alors été de proposer un nouveau cadre pour faciliter le passage entre l’univers de la rue et celui du retour dans un logement.

En suivant Arnaud, jeune homme hébergé depuis deux ans dans cette structure, j’ai pu en voir certains aspects. La cuisine est commune à tous mais chacun possède dans les vastes frigos son propre casier pour stoker sa propre nourriture et se faire sa cuisine. Cette volonté de proposer un cadre facilitant l’autonomie est aussi visible dans les logements puisqu’ici pas de dortoirs ou de chambres collectives mais des chambres individuels accessibles 24h sur 24h où, pour une partie d’entre elles, les animaux sont autorisés. Ces chambres peuvent surtout accueillir des invités, permettant une réelle vie affective. Cette approche, qui permet en compte les réalités et surtout les libertés des personnes en difficulté, permet ainsi d’ouvrir un nouveau front dans les propositions et les structures d’aide et surtout d’insertion pour les exclus. C’est dans cet esprit aussi que les Enfants du canal proposent un accueil de jour sous la forme d’un bus ouvert presque toute la semaine en journée, un accueil en partie géré par des « travailleurs pairs » (9 dans l’association), c’est-à-dire des personnes en difficultés qui sont embauchés par l’association dans le cadre d’un chantier d’insertion. Leur propre parcours leur permet ainsi de mieux comprendre les personnes dont ils s’occupent tout en favorisant leur propre reprise d’activité.

Enfin cette volonté d’autonomie, de responsabilisation mais aussi de confiance mutuelle, se retrouve là aussi dans un dispositif novateur, celui des Romcivic. Lancé fin 2013, il permet de favoriser l’intégration des jeunes Roms qui vivent en Ile de France par le biais du service civique. Ils sont ensuite eux-mêmes envoyés sur le terrain, notamment pour animer des ateliers auprès des enfants et aider les populations Roms.

L’échange avec Christophe Louis a aussi été l’occasion de mettre à plat les problématiques françaises et européennes : le manque de logement et particulièrement de logements sociaux mais aussi la nécessité d’un volontarisme politique pour une véritable mixité sociale ; les politiques vis-à-vis des migrants en terme de régularisation, de l’emploi et du respect de leurs libertés ; l’accès aux Fonds structurels européens pour les associations qui reste souvent un véritable parcours du combattant et bénéficie souvent assez peu à des structures plus modestes. Sur ce dossier en particulier je réfléchis à des propositions et des moyens d’actions pour faciliter l’accès à ces fonds. Et je vais continuer à rencontrer les différents acteurs de l’aide aux personnes sans abri et en difficultés pour que les politiques européennes intègrent la lutte contre l’exclusion dans les priorités de l’UE, notamment en terme de moyens.

Pour suivre l’activité, soutenir les actions des Enfants du Canal et les contacter :

https://fr-fr.facebook.com/pages/Les-Enfants-du-Canal/

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed