A quoi sert votre député au Parlement européen ?

GB_voxbox1

Guillaume Balas, député européen, circonscription Ile-de-France et Français de l’étranger

A quoi sert votre député au Parlement européen ?

Beaucoup diront…à rien mais ils le diraient aussi pour nos député nationaux, nos ministres, peut-être même des chefs d’Etat, tous prisonniers d’une bulle où le politique serait dépossédé de sa mission, c’est-à-dire de sa capacité à agir sur la société. L’abstention massive est un des marqueurs de cette défiance, le populisme d’extrême-droite une de ses conséquences avec ses promesses de reprendre la main sur un monde complexe et de plus en plus opaque.

Il n’y a pas de rejet du politique mais une immense remise en cause d’un système politique qui se défausse lui-même en permanence, notamment sur l’Europe, facile bouc-émissaire. Pleurer sur les faibles « marges de manœuvre », les « contraintes » participe ainsi à cette culture de la fatalité et à déculturation politique. Mais cela ne met pas fin à l’appétit de réforme, de changement de nos concitoyens et surtout de cette forte aspiration démocratique à avoir prise sur son destin.

Agir c’est d’abord casser cette double illusion : celle de croire que le citoyen s’efface derrière le consommateur ou le cynique individualiste, et celle qui consiste à affirmer que le politique serait vendu aux intérêts du Marché. Ces deux figures, qui se renvoient éternellement la balle, ne servent que les intérêts de ceux qui connaissent et utilisent les leviers du pouvoir.

Agir c’est aussi casser ce discours qui mêle les grandes envolées lyriques sur la République, le destin de la France, la « Gauche » ou « l’Europe sociale » et une pratique perçue comme démissionnaire du pouvoir réel. J’évoquerai devant vous mes prises de position et les projets que je porte mais vous me verrez aussi négocier, expliquer les solutions à court terme et les perspectives à moyen/long termes, les rapports de forces que nous gagnons et perdons, bref l’action du politique pour des programmes concrets au service de notre projet de société. Avec mon équipe, nous serons « pédagogiques » dans le sens où nous expliquerons les mécanismes qui se présentent à nous pour vous donner des éléments vous permettant de m’interpeller.

Travailler au Parlement

Ce projet de transformation sociale je vais le porter en tant que député européen dans l’enceinte du Parlement. Dans ce cadre je sers principalement à débattre, à amender et voter les textes proposés par la Commission européenne, c’est le mécanisme de la « codécision », rôle que le Parlement partage avec le Conseil Européen qui représente les gouvernements des Etats membres. Je reviendrais sur ces différentes institutions, leur rôle et leur fonctionnement dans des textes plus détaillés régulièrement sur le blog.

Les lois que nous votons et les textes que nous discutons touchent de nombreux domaines : l’autorisation de produire des cultures OGM pour les questions environnementales par exemple, les débats sur les orientations économiques des pays de l’UE (semestre européen) ou ceux concernant la garantie jeunesse qui vise à aider les jeunes au chômage.

Pour agir au Parlement, je participe au travail des commissions, au débat des séances plénières et des réunions de mon groupe politique, ces réunions et séances se déroulant à Strasbourg et à Bruxelles.

  • Une grande partie de mon activité se concrétise en réunion de commissions. J’appartiens aux commissions de l’emploi et des affaires sociales dont je suis titulaire et à celle de l’Environnement en tant que suppléant. Ces commissions peuvent créer des groupes de travail sur des sujets spécifiques : je me suis ainsi porté candidat à celle qui travaille, pour la commission Environnement, sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP)
  • Je participe aussi aux débats en séance plénière à l’image de mon intervention récente sur l’accord de libre-échange UE-Canada ou celle sur la garantie jeunesse.
  • Ces prises de position se discutent avec les membres de mon groupe politique et de la délégation française de ce groupe, celui de « l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates » (S&D)

J’aurais le souci et l’exigence de vous faire le compte rendu de mon travail dans ces différentes instances où prennent corps des décisions qui influent profondément sur nos destins de citoyens européens. Ce compte rendu passera par le blog, la newsletter, la lettre du député mais aussi par des rencontres régulières avec les habitants, associations, organisations et institutions de l’Ile de France.

Une ambition pour l’Europe

Ce mandat je veux d’abord le consacrer à une lutte pour la réorientation des politiques européennes. Les institutions européennes ne sont pas neutres ou simplement « technocratiques », les choix qui y sont proposés s’inscrivent dans des rapports de forces idéologiques et politiques. Institutions lointaines, méconnues elles ont pourtant un poids important dans la détermination de notre destin commun. Avec la délégation française et le groupe S&D nous utiliserons cet outil que sont les institutions européennes pour s’attaquer aux politiques qui cherchent à mettre en concurrence les Européens entre eux. Souvent on nous dit, « l’Europe c’est la paix » mais cette paix c’est celle qui raisonne comme les engagements du Conseil National de la Résistance en France, une paix qui s’établit entre des citoyens dont la dignité repose sur un véritable pacte social et démocratique.

La crise économique nous met au défi de réaliser cette union alors que les tensions s’exacerbent et que nous assistons à une double offensive, celle des libéraux qui grignotent les dispositifs de solidarité et celle d’une extrême-droite qui profite de ce délitement pour développer sa politique de la haine. Rien de concerté et des valeurs qui s’opposent de part et d’autre, mais la construction européenne se trouve à un carrefour : structure d’unité et de rassemblement, elle affronte le déploiement d’idéologies qui aspirent à l’atomisation de nos sociétés. Plaider pour l’unité européenne, construire une union durable ce sera donc d’abord changer les politiques européennes, formidables outils d’amélioration de nos vies, pour améliorer concrètement la vie des citoyens. Créer de l’emploi, investir dans les secteurs d’avenir, la recherche, les grands travaux, soutenir les Européens qui affrontent les difficultés de la crise et en même temps que cet effort soit au service d’un nouveau modèle de développement, voilà les exigences de ce mandat au Parlement européen.

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed