En l’état, cette commission Juncker ne me va pas

Crédits photo : European Council
Crédits photo : European Council

Crédits photo : European Council

Le Président de la Commission Jean Claude Juncker a annoncé aujourd’hui la composition de la Commission qu’il souhaite soumettre à l’approbation du Parlement européen.

En juillet dernier, je m’étais abstenu avec l’ensemble des socialistes français sur le choix du Président de cette commission car j’avais estimé que les promesses de réorientation des politiques économiques européennes en faveur de la croissance étaient trop vagues ; à la fois sur les modalités du plan d’investissement mais aussi sur la réelle détermination de l’ancien Premier ministre luxembourgeois à lutter contre l’évasion fiscale.

Mes craintes étaient malheureusement justifiées :

  • Nommer le conservateur et lobbyiste britannique Jonathan Hill en charge de la surveillance des marchés financiers, c’est risquer de remettre les clés du contrôle des banques et de la spéculation aux dirigeants de la City.
  • Nommer au portefeuille clé de la réorientation « Emploi, Croissance, Investissement » le champion de l’austérité Jyrki Katainen, c’est en contradiction avec nos attentes sur le sujet. Il ne faudrait pas que Pierre Moscovici soit cantonné au rôle de gardien inflexible de la stabilité et des traités, dont par ailleurs le Parti Socialiste français exige la révision en faveur de la croissance et de l’emploi.
  • Nommer 9 femmes commissaires sur un collège de 28, c’est faire peu de cas de nos exigences en termes de défenses de la parité
  • Enfin, nommer l’ancien ministre de la Justice Hongrois au poste de Commissaire de la culture, de la jeunesse et de la citoyenneté, c’est au mieux une provocation, au pire une abdication du Président de la Commission dans son rapport avec Monsieur Orban.

Il est indispensable de revoir la configuration de cette commission pour que les promesses de réorientation soient tenues.

Print Friendly

1 Comments

  1. LeeRoy MALAC-ALLAIN 01/10/2014 at 13:01

    Monsieur Balas,

    Je suis à la fois rassuré qu’en tant qu’eurodéputé vous suiviez avec attention la constitution de la futur commission Européens et en même temps inquiet que votre propos ne se porte pas sur Miguel Cañete.
    En tant que citoyen d’Ile-de-France, je tiens à vous signaler à quel point je trouve choquant que Miguel Cañete, patron de l’industrie pétrolière, soit présenté comme commissaire au climat. Si sa candidature aboutissait, ce sera un bras d’honneur des institutions Européennes à l’humanité, qui soufre et souffrira encore plus demain, du dérèglement climatique.
    J’espère donc que vous ferez tout ce qui sera en votre pouvoir pour que ce poste soit occupé par quelqu’un qui ait fait preuve de d’avantage d’engagement sur le plus grand défi que l’humanité n’ai jamais eu à relever.

    Vous remerciant de votre attention, je vous prie d’agréer Monsieur mes sincères salutations.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed