G. Balas (PS) sur Itélé « J’attends du président qu’il soit ferme pour porter une réorientation de la politique européenne »

Que peut faire François Hollande    2 3    ONVPSM   On ne va pas se mentir – i TELE

J’étais l’invité d’Itélé afin d’y aborder les résultats des européennes face à Alexis Corbière (PG), Julien Rochedy (FN) et Thierry Solère (UMP).

Retrouvez le débat ci-dessous :

Sur les résultats de la gauche aux européennes : 

« On a d’abord fait un très mauvais score et il faut le regarder en face. Et tous ceux, y compris au Parti socialiste, qui chercheraient à l’amenuiser ou à le nuancer ont tort.
François Hollande est intervenu et a effectivement rappelé un certain nombre de points sur lesquels nous nous étions engagés durant la campagne, notamment sur la capacité de l’Europe à mettre l’accent sur les investissements. Il aurait certainement fallu le faire il y a deux ans, au moment de son élection, le rapport de force était peut-être plus évident. Il y a un sommet européen, j’attends que le Président de la République, conformément à ce qu’il vient de dire, soit ferme pour porter une réorientation de la politique européenne, nécessaire pour lutter contre la montée des populismes notamment. (…)
La leçon est un peu cruelle de le faire maintenant mais le pire ce serait de ne pas agir. Le président doit agir et tirer les leçons de ce scrutin. Il doit s’appuyer sur le fait qu’au Parlement européen, il y ait peut être une gauche, si rassemblée, est majoritaire. »

Sur la question de la souveraineté populaire : 

« Les Français ont un vrai doute quant à la capacité des hommes et des femmes politiques à agir sur la situation. Donc ils votent pour des partis qui dévoient cette souveraineté. Il faut maintenant remettre au centre la question de la souveraineté populaire, c’est-à-dire que lorsque je vote, la personne que je mandate, peut agir sur la réalité. François Hollande, son parti, le mien, vient de subir une terrible défaite. Il doit en tirer les conséquences et faire ce qui aurait dû être fait depuis longtemps, à savoir agir au niveau européen pour faire basculer le rapport de force.

Au FN « Je veux bien que l’on donne des leçons de morale, mais quand vos députés ne se battent sur rien au Parlement européen, que votre leader est allé une fois à la commission à laquelle elle est dédiée, il ne s’agit pas de parler, il s’agit d’agir. Vous êtes des candidats professionnels. Vous en parlez, nous, on agit. »

Sur le score du FN :

« Le FN a fait un excellent score hier, c’est incontestable. La France est un pays politique dans lequel la puissance publique matrice fortement l’identité nationale. Nous n’avons pas aujourd’hui une Europe qui répond à cela. Et notamment la souveraineté populaire ne s’incarne pas en Europe, le politique ne s’incarne pas en Europe. C’est donc l’Europe qu’il faut changer. Autrement, le repli nationaliste qui est proposé, c’est-à-dire de revenir aux frontières, n’aboutira qu’à une chose : la mise en concurrence des pays entre eux, la guerre économique. Cela contribuera à baisser et les salaires, et la fiscalité pour les entreprises. Tout le problème, pour la gauche aujourd’hui, c’est de peser pour une réorientation politique en Europe notamment. »

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed