Ce dimanche, ne boudez pas les urnes et ne vous trompez pas de bulletin : en changeant de majorité, il est possible demain de changer l’Europe

10178083_10152042297186759_2698421977993055296_n

Crédits photos : Mathieu Delmestre

Nous voici à l’avant-veille des élections européennes.

Après des semaines d’une campagne riche et intense, je tenais à remercier toutes celles et ceux qui ont contribué et participé à la mobilisation autour du projet des socialistes.

Que ce soit sur le terrain ou dans les nombreuses réunions publiques, vous avez été nombreux à venir débattre et faire avancer notre projet pour une Europe sociale, démocratique, économique et énergétique.

Pourtant, les projections sur le résultat de dimanche prochain restent inquiétantes.

Je lance donc un ultime appel, par le biais de ce billet, pour tenter une dernière fois de vous convaincre d’aller voter dimanche prochain en faveur d’une Europe du progrès social, que seule une majorité socialiste sera à-même de pouvoir défendre ces cinq prochaines années.

Nombre de franciliens sont venus me voir et m’ont exprimé leurs inquiétudes, leurs déceptions ou pire, leurs profonds désintérêts vis-à-vis de l’Europe.

Le modèle européen permet-il de faire la justice sociale que nous socialistes appelons de nos vœux ? Le modèle économique peut-il tirer l’Europe et le pays de la situation qui angoisse et tétanise nombre de concitoyens ? Que pèsent les parlementaires européens ? A quoi cela sert-il d’aller voter quand l’Europe a déjà tant déçu ?

Je ne suis pas un eurobéat. Je fais partie d’une génération dont le rapport est très critique vis-à-vis de l’Europe. J’ai partagé et je partage encore nombre de questionnements sur l’Europe. Mais si j’ai décidé de porter ma candidature à ces élections européennes, c’est animé par une conviction : nous ne pouvons abandonner l’Europe à ceux qui l’ont pervertie ces dernières années et continuent de la menacer aujourd’hui. Le problème, ce n’est pas l’Europe, le problème, ce sont les politiques qui y sévissent.

15 ans de politiques néolibérales appliquées par la majorité de droite ont contribué à gravement défigurer le visage de l’Europe politique et sociale, celle que nous socialistes défendons.

15 ans de politiques néolibérales  ont contribué à affaiblir l’Europe politique au profit du libre-échange et du diktat des marchés, loin des peuples, loin du progrès et de la justice sociale.

Enfin, 15 ans de politiques néolibérales ont contribué à exacerber les angoisses et les frustrations dont le FN a fait son terreau électoral le plus fertile. Ces politiques destructrices appliquées à l’Europe, nous n’en voulons plus.

Pour cela, les citoyens doivent reprendre la main. Le Parlement Européen, émanation de la souveraineté populaire à l’échelle européenne, doit demain avoir plus de poids et de légitimité pour que les peuples puissent enfin peser sur le destin de l’Europe. Pour la première fois, le vote des citoyens contribuera directement au choix de la présidence de la Commission. En portant une majorité socialiste a la tête du Parlement, nous aurons les moyens de porter Martin Schulz, le candidat socialiste contre Jean-Claude Juncker, le candidat libéral, dirigeant du paradis fiscal luxembourgeois, défenseur indécrottable du secret bancaire. Le choix doit être sans ambiguïté pour tous les électeurs de gauche.

Mais l’Europe ne changera pas simplement de politique en changeant de tête. Le rapport de force politique doit être établi dès maintenant pour que toutes celles et ceux qui seront demain nos représentants soient continuellement rappelés à leurs engagements. L’Europe ne doit pas être un rendez-vous oublié dont on sonnerait le réveil chaque cinq ans. L’Europe doit devenir un sujet quotidien car les enjeux qui s’y jouent sont immenses.

Alors ce dimanche, ne boudez pas les urnes et ne vous trompez pas de bulletin. En portant une majorité socialiste à la tête du Parlement, nous pouvons faire en sorte de remettre sur la table des négociations la question primordiale des investissements. Nous pouvons combattre l’austérité en nous engageant vers une politique économique au service des peuples par le biais d’une vraie union budgétaire et fiscale. Enfin, nous pouvons réaliser l’Europe démocratique, énergétique et politique si attendu par ses concitoyens.

Le vote qui s’exprimera dimanche doit être massif et sans appel, résolument ancré à gauche.

En changeant de majorité, il est possible demain de changer l’Europe.

Print Friendly

1 Comments

  1. Ok je vote pour toi respectes ton mondat jusqu au bout par ta présence

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed