Guillaume Balas (PS) « Il faut changer de majorité si on veut changer l’Europe » – France Bleu

Meeting des Blancs-Manteaux 21 mai 2015 Crédits Photo : Mathieu Delmestre
Meeting des Blancs-Manteaux 21 mai 2015  Crédits Photo : Mathieu Delmestre

Meeting des Blancs-Manteaux 21 mai 2015
Crédits Photo : Mathieu Delmestre

J’étais l’invité le 20 mai dernier de France Bleu Midi face à Geoffroy Didier (UMP) pour parler des Européennes. Retrouvez ci-dessous l’intégralité du débat ainsi que les idées que j’ai défendues.

Pour accéder à l’interview :

L’actu de France Bleu Midi Ensemble du 20.05.14 Spéciale élections européennes   France Bleu

Sur le risque d’abstention

« La question principale est celle de la souveraineté. Il faut savoir où elle est. Aujourd’hui, la souveraineté au niveau européen se situe au Parlement européen. Si on veut enfin que les peuples puissent enfin peser sur le destin de l’Europe, il faut un Parlement légitime.

Au bout d’un moment on laisse l’Europe aux mains de ceux qui peuvent décider sans mandat. Aller voter aujourd’hui, c’est changer l’Europe. »

Sur la colère des citoyens vis-à-vis de l’Europe

« Vous confondez le contenu et le contenant. Quand on est en désaccord politique en France, on ne dit pas qu’on va dissoudre la France ni la souveraineté nationale. En Europe, il y a des politiques appliquées à l’Europe et c’est ces politiques qui doivent être discutées. Pas l’Europe.

Si on revient aux souverainetés nationales, on reviendra sur l’exact contraire de ce que nous voulons : il y aura plus de concurrence fiscale et sociale, concurrence sur les salaires…

Je comprends la colère sur l’Europe mais cette colère doit s’exprimer politiquement. Il faut aujourd’hui une autre politique en Europe. La politique néolibérale qui s’est installée doit sérieusement être amendée vers plus de progrès social. C’est pour ça qu’il faut voter et changer de majorité. »

Sur les politiques européennes de l’emploi

« Je crois que si l’UE ne répond pas à la question de l’emploi, elle disparaîtra. Je ne pense donc pas que nous devons rester sur des politiques nationales comme vient de le dire l’UMP. Il faut au contraire des grandes politiques d’investissement à l’échelle européenne. Les Etats-Unis sont en train de montrer la voie de ce point de vue là. Si nous laissons les états seuls se dépatouiller sur la question de l’emploi, nous aurions tort.

C’est possible de changer la donne avec des instruments : il faut que le budget européen augmente, il faut que la Banque Européenne d’Investissement (BEI) agisse pour intervenir sur les territoires et créer des emplois durables. De ce point de vue, nous avons un champ immense dans la transition énergétique.

Si l’Europe loupe ce coche, dans 5 ans, nous serons les derniers de la classe au niveau mondial. »

Sur l’Europe politique

« Le problème c’est que ça fait 15 ans que la politique de l’Union européenne a disparu au profit du libre marché. Ce qui a été la grande pensée de Jacques Delors quand il était président de la Commission, à savoir construire une Europe politique en capacité d’énoncer des règles communes et non pas des règles qui mettent en concurrence les gens a disparu parce qu’il y a aujourd’hui en Europe, au niveau des Etats et au niveau des institutions, une majorité qui est néolibérale. C’est tout le problème de l’UMP de dire qu’il faut une Europe plus protectrice et en même temps d’être avec ceux qui mettent en concurrence les peuples et les salariés. Il faut qu’il y ait ce clivage gauche-droite au niveau européen et c’est pour cela qu’il faut changer de majorité si on veut changer d’Europe. »

Sur la politique industrielle en Europe

« Les socialistes sont mieux placés que la droite pour intervenir sur la politique industrielle car nous croyons en l’intervention publique dans l’économie. Nous ne sommes pas des libéraux. Nous pensons qu’au niveau européen il faut faire des grands programmes d’investissement. Et ces grands programmes d’investissement doivent initier les activités de demain. Le marché ne peut pas anticiper les activités d’avenir. Ce sont les pouvoirs publics qui peuvent le faire. « 

Print Friendly

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed